Le journal des Coudriers
Graffiti No 1 Graffiti No 2 Graffiti No 3 Graffiti No 4
() Couverture
() Remerciements
() Editorial
() Les habitudes alimentaires
() Enfants trop gros : pourquoi ?
() Pipas
() Boulimie et anorexie
() La beauté passe par le chocolat
     () La chocothérapie
     () L’épilation au chocolat

() Le saviez-vous ?
() Alimentation et religion
() Test : est-vous gourmand ?
() Recettes
     () Crème anglaise au chocolat
     () Soufflé au chocolat

() Cinéma
     () Le festin de Babette
     () L’aile ou la cuisse

() Expo Science 2006
() Le karting
() Différentes manies d’élèves…
() Sudoku
() Mot caché
() Horoscope

Enfants trop gros : pourquoi ?

En suisse, selon une étude réalisée en 2002, quelque 37% des adultes sont trop gros, contre 30% en 1992. Cette aggravation du phénomène est liée au mode de vie, avec le manque d'exercices ainsi que la tendance à adopter plus souvent des positions assises, par exemple au travail.

Le surpoids chez les jeunes

Bon nombre d'écoliers suisses sont trop gros. Sur le plan national, on estime qu'entre 10 et 16% des enfants de 6 à 12 ans présentent une obésité et les petits obèses d'aujourd'hui seront les grands malades de demain.
Chaque enfant est particulier et les facteurs qui ont déterminé son problème sont différents. Il est donc difficile de parler d'"épidémie d'obésité infantile" comme on parlerait d'épidémie de grippe.

Aspect génétique

Certains enfants ne sont tout simplement pas dans la moyenne statistique. Ils ont un poids supérieur à celui de leurs camarades, en mangeant à leur faim, sans plus. Leurs prédispositions génétiques font que ces enfants brûlent moins de calories et stockent le reste. Certains stockent aisément, d'autres doivent manger de grosses quantités de nourriture pour grossir. La génétique détermine la facilité ou la difficulté à grossir.
Les enfants naturellement gros doivent s'accepter tels qu'ils sont et on doit veiller à bien respecter leurs besoins physiques et psychologiques.

Aspect familial

Certains enfants prennent du poids parce qu'ils mangent plus que leur faim ne l'exige, pour des raisons familiales, environnementales et/ou psychologiques.
Leurs mères, par exemple, les obligent à manger plus. Un enfant gavé ne reconnaît même plus la sensation de rassasiement. Il va associer les émotions telles que la colère, l'anxiété ou la tristesse à la faim, et mangera en réponse à toute difficulté provoquant des émotions.
Les parents " gavants " croient bien faire en donnant de l'amour au travers de la nourriture, en donnant de la nourriture à la place de l'attention et de l'écoute ou en donnant de la nourriture en récompense.

Aspect environnemental

Globalement, notre société incite à manger beaucoup, c'est pourquoi l'éducation alimentaire des enfants est d'autant plus nécessaire. Il faut leur apprendre à être critiques face aux messages publicitaires et aux appels à la consommation : boire du coca ou mâcher du chewing-gum ne permet pas d'intégrer automatiquement une bande de copains et de s'amuser en groupe.

Aspects psychologiques

Certains enfants en souffrance ont recours à la nourriture pour trouver le réconfort qui leur fait défaut, pour combattre le stress et un trop-plein d'émotions.
Si des causes psychologiques sont souvent trouvées comme étant à l'origine de la prise de poids, l'obésité entraîne elle aussi des difficultés psychologiques chez l'enfant, qui le conduiront à manger à nouveau !
C'est un cercle vicieux et il s'agit d'aider l'enfant à le briser.

Activités physiques

On a mis en avant la faible activité physique, le temps passé devant la télévision ou l'ordinateur pour expliquer l'obésité de l'enfant. Il est vrai qu'un enfant qui ne bouge pas est un enfant qui va mal. Mais, avant de lui demander de s'agiter davantage, il convient de savoir pourquoi il va mal. Les activités physiques permettent à l'enfant de s'épanouir, de communiquer avec les autres, de dépenser son trop-plein d'énergie et se sentir à l'aise dans son corps. Elles régulent aussi l'appétit. Les enfants qui vont bien dans leur tête et dans leur corps aiment bouger naturellement pour s'amuser. Il ne leur vient pas à l'idée de " brûler des calories ".
Sortir en famille s'amuser à bouger tous ensemble est bien plus efficace que de dire à l'enfant de "se bouger" en restant soi-même tranquillement dans son fauteuil.

Un enfant grossit-il parce qu'il ne mange pas assez équilibré ?

Les études récentes montrent que les enfants obèses ou en surpoids ne mangent ni plus ni autrement que les enfants de poids normal.
Une alimentation équilibrée en micro nutriments (vitamines et minéraux) et macro nutriments (glucides, lipides et protéines) permet à l'enfant de bien se développer et avoir une croissance harmonieuse, mais comme chez l'adulte, ce n'est pas un moyen de maigrir.
- Ce qui fait (trop) grossir, c'est le fait de manger au delà de ses besoins, au delà de sa faim. Lorsqu'on mange en respectant ses sensations de faim et de rassasiement, le poids se situe à son poids d'équilibre, et ce quel que soit le type d'aliments mangés.
- Plus un aliment est nourrissant et moins il en faut pour être rassasié. Un enfant qui mange surtout des aliments à faible densité calorique (légumes et crudités) aura plus vite faim après un repas qu'un enfant qui mange des aliments plus denses en calories (matières grasses et féculents par exemple).
- Naturellement et spontanément, quand il va bien dans sa tête et dans son corps, un enfant mange tant qu'il a faim, s'arrête de manger dès qu'il n'a plus faim et ne mange pas s'il n'a pas faim.
- Quand un enfant va bien et qu'on ne le force pas à manger, il se situe à son poids naturel. La meilleure manière de lui éviter des problèmes de poids est donc de lui permettre de respecter ses sensations de faim et de satiété à tout moment.

             

Quentin

 

Pour nous contacter

Page précédente

 

Page suivante