Chelus fimbriatus (Schneider, 1783)

Retour
genre
Chelus

Sommaire

Contactez-
nous

Carte d'identité
Embranchement Vertébrés
Classe Reptiles
Ordre Chéloniens
Famille Chélidés
Genre Chelus
Espèce fimbriatus
Sous-espèce aucune
Nom scientifique Chelus fimbriatus
Synonymes  
Nom français Matamata
Nom anglais Matamata turtle
Nom allemand Fransenschildkröte
Nom italien ?


Chelus fimbriatus (Photo S. Frei)

Description
Cette espèce à la forme si étrange est reconnaissable au premier coup d'oeil. Sa carapace, son corps et ses extrémités immitent à s'y méprendre un amas de feuilles et de branches mortes.
C'est une tortue de grande taille, qui peut atteindre 40 à 45 cm pour un poids de 15 kg. La carapace est relativement plate mais très rugueuse et crêtée. Elle présente trois carènes longitudinales bien marquées. Le plastron est étroit. La tête est triangulaire, très large à la hauteur des yeux et se termine par un museau long et très fin. Le cou est long et orné de nombreuses excroissances ce qui accentue le camouflage de l'animal caché dans les plantes aquatiques comme les Cabombas sp.
La couleur de l'animal est souvent très sombre sur le dos, brun ocre ou noir et plutôt beige clair ou gris sur le ventre. La tête est plus colorée orange ocre ou rougeâtre, et la gorge est rosée avec une ligne noirâtre au centre. Ces couleurs complètent de façon étonnante son camouflage parfait.
Mode de vie
La matamata est un animal crépusculaire qui peuple les cours d'eau à faible courant et les eaux stagnantes. Elle se cache dans la végétation au bord des rives, juste sous la surface de l'eau. Elle chasse ses proies à l'affût grâce à une technique très particulière de succion. Losrqu'un petit poisson, un têtard  ou une autre proie aquatique est suffisamment proche, elle ouvre brusquement son immense bouche en aspirant l'eau et l'animal dans son cou gonflé. Après avoir rejeté l'eau, elle avale la proie entière. 
Répartition géographique
Elle peuple une grande partie du bassin amazonien, depuis le nord-est du Pérou et de l'Equateur, le nord du Brésil, une grande partie de la Colombie et du Vénézuela, ainsi que dans les Guyanes. On la trouve également au Nord de la Bolivie et dans la région du fleuve Araguaia au Nord du Plateau du Brésil. Des observations non confirmées la signalent dans le bassin du lac Maracaïbo, au Vénézuela. Elle serait absente au Surinam.

(D'après Bonin, Devaux & Dupré, 1996 et Iverson, 1992)
 
Elevage
C'est une espèce relativement facile à élever, pour autant toutefois que les conditions particulières liées à son mode de vie soient respectées. Le bassin doit être relativement grand mais peu profond et présentant un fond sombre. L'animal doit pouvoir sortir le museau de l'eau en s'appuyant sur le fond avec ses pattes arrières. L'eau du bassin doit être filtrée efficacement et maintenue au environ de 25 oC.
L'éclairage doit être faible tout en préservant le cycle jour/nuit de 10 à 12 heures. Il faut prévoir une partie relativement sombre pour qu'elle puisse se cacher pendant la journée.
La nourriture se compose essentiellement de petits poissons vivants (vairons ou autres vifs de pêche) qui lui sont proposés 1 à 2 fois par semaine. 
 
Bibliographie
Bonin, Devaux & Dupré, 1996.
Toutes les tortues du monde.
Les Encyclopédies du Naturaliste, Delachaux & Niestlé SA., Lausanne, - Paris 1996.

Ernst, C.H. & Barbour, R.W., 1989. 
Turtles of the World 
Smithsonian Institution Press, Washington D.C. - London 

Iverson, J.B., 1992. 
A revisited Checklist with distribution maps of the turtles of the world.
Privately Printed. Richmond, Indiana. 

Métrailler, S. & Le Gratiet, G., 1996.
Tortues continentales de Guyane française.
PMS.

Pritchard, P. C. H., 1979. 
Encyclopedia of turtles.
T.F.H. Publications, Inc. Ltd. 

Liens de sites intéressants
Fiche sur l'animal
Photos: Recherches en cours.