Scénarios pédagogiques

sommaire



Les différents types de scénarios F3-MITIC

Scénarios pédagogiques standard

Ce texte décrit ce qu’est un scénario F3-MITIC standard, c’est-à-dire en relation avec la thématique des modules de formation et rédigés à leur issue. Les scénarios alternatifs sont décrits plus bas.

Dans le cadre de la formation F3-MITIC, les formateurs et formatrices en formation (FEF) développent, au cours de l’année, sept scénarios pédagogiques en lien thématique avec les modules I à XI. Ce travail s’effectue en duo. Une quinzaine d’heures de travail collaboratif à distance sont consacrées à l’élaboration de chaque scénario.

Pour mémoire, on peut distinguer trois types de formations :

  • F1 = formation reçue par les élèves (primaire, secondaire I ou II, formation professionnelle)
  • F2 = formation reçue par les enseignants et enseignantes (formation initiale ou continue)
  • F3 = formation reçue par les formateurs ou formatrices de formateurs ou de formatrices (formateurs ou formatrices d’enseignant-e-s)

Les scénarios pédagogiques développés par les participant-e-s seront de type F2 (scénarios rédigés du point de vue du formateur ou de la formatrice pour des formations initiales ou continues d’enseignant-e-s, scénarios rédigés du point de vue d’une personne-ressource pour le déploiement d’activités d’intégration des MITIC dans un établissement scolaire) et pourront comporter des exemples d’applications pour les élèves (type F1).

Qu’est-ce qu’un scénario pédagogique ?

Le scénario est un instrument d’explicitation et de communication à des tiers d’un projet de formation ou de déploiement d’activités d’intégration des MITIC. A ce titre, le scénario décrit de façon précise la façon dont ses auteur-e-s imaginent de créer le contexte d’un «événement» d’apprentissage organisé au profit d’apprenant-e-s déterminé-e-s ou le contexte d’actions à entreprendre pour favoriser l’intégration des pratiques MITIC dans un établissement scolaire. La notion de scénario peut recouvrir en partie les termes de projet, de séquence pédagogique, d’usages pédagogiques de moyens d’enseignement-apprentissage tels qu’ils sont généralement compris en pédagogie.

L’élaboration du scénario, qui vise à prendre en compte les multiples dimensions liées à la mise sur pied d’un environnement d’enseignement-apprentissage, respectivement d’un environnement d’intégration des MITIC dans un établissement (dimension F2), est aussi importante que le scénario lui-même, le résultat. En ce sens, la conclusion du scénario doit comporter des éléments réflexifs sur sa genèse et son développement au sein du groupe qui l’a élaboré. Le scénario devrait ainsi constituer à la fois un parcours de réflexion et un moyen de faire émerger le projet d’une action pédagogique.

Les formateurs et formatrices en formation s’efforceront de développer des projets innovants qui mettent en évidence des approches transdisciplinaires des usages des médias, de l’image et des technologies de l’information et de la communication dans l’éducation.

Structure d’un scénario

Le scénario comporte une section d’en-tête, identique pour tous les scénarios, servant à son identification et susceptible de figurer dans une base de données. Une deuxième section, de description, comprend le scénario proprement dit.

Les éléments réflexifs sur la genèse et le développement du scénario peuvent faire partie de cette deuxième section de manière explicite (destinés de ce fait à la publication) ou être reportés dans une troisième section non destinée à la publication (voir explications techniques infra).

La deuxième section (soit le scénario lui-même) doit rester en cohérence, du point de vue du contenu, avec les thématiques abordées lors de la journée «en présence» et avec celles du plan cadre correspondant.

Sa forme doit être guidée par le souci de la communication à des formateurs, des formatrices et des personnes-ressource n’ayant pas suivi la formation F3-MITIC.

Le scénario abordera, selon les cas, des aspects tels que:

  • l’origine du projet ;
  • le contexte de réalisation ;
  • les buts visés ;
  • les stratégies pédagogiques adoptées ;
  • les objectifs exprimés en termes de résultats d’apprentissage ;
  • les prérequis ;
  • la description du projet à réaliser par les apprenant-e-s ;
  • les tâches à accomplir par les apprenant-e-s et leurs conduites possibles ;
  • les phases du projet ;
  • les résultats escomptés ;
  • des instruments d’évaluation et de suivi du projet et des apprenant-e-s;
  • des suggestions de réinvestissement des compétences acquises ;

…ainsi que toutes les indications qui pourront être utiles à la mise en œuvre du projet par des tiers.

Quelques ressources

Robert Bibeau, Guide de rédaction et de présentation d’un scénario pédagogique et d’une activité d’apprentissage :

http://ntic.org/guider/textes/div/bibscenario.html

Louise Boisvert et Jacques Tardif, Grille d’analyse du scénario pédagogique/enseignement stratégique :

http://rtsq.grics.qc.ca/saqca/Rythmes%20d’apprentissages/annexeb.htm

Philippe Clarou, Colette Laborde et Bernard Capponi, Géométrie avec Cabri, scénario pour le lycée, Centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Grenoble, 2000.

Caroline Landry, Guide pour la création de scénarios pédagogiques intégrant les TIC :

www.fse.ulaval.ca/pelletier/apo/guide.doc

Maryvonne Masselot-Girard, Les scénarios pédagogiques d’éducation à l’image :

http://www.cndp.fr/tice/animpeda/presentation.htm

Markus Schnyder, Office fédéral du personnel, La gestion de projet – guide pratique

http://www.projekt.admin.ch/handbuch/Leitfaden_PM_franz.pdf

Scénarios alternatifs

Alternatives à la rédaction d'un scénario pédagogique

Dans la formation F3-MITIC, il est essentiel de tenir compte du fait que les participant-e-s, dans leurs domaines respectifs, disposent des compétences de spécialistes sur certains sujets et / ou des compétences de praticiens dans le domaine de la formation d'adultes ou dans l'animation de projets innovants dans leurs établissements scolaires.

Trois types d'alternatives à la rédaction en groupes de scénarios pédagogiques (scénarios standard) sont ainsi proposées, selon certaines règles, aux participant-e-s : une alternative que l'on pourrait qualifier de propositionnelle, une autre de réflexive et critique, une dernière d’institutionnelle est représentée par les scénarios d’établissement.

Scénario propositionnel

Le participant ou la participante propose aux chef-fe-s de projet une contribution personnelle dans le cadre de l'une des journées de formation. Il peut s'agir d'une contribution théorique, d'un exposé, d'un apport méthodologique, de travaux pratiques, d'un objet de discussion, etc. ou d'une combinaison de ces types de prestations, conçus comme une séquence pédagogique s'adressant à des enseignant-e-s (scénario).

Règles du jeu :

  • La prestation proposée correspond à une prise en charge d'une activité «en présence», lors d'un des modules, de 2 périodes de 45 minutes environ.
  • La prestation est discutée et préparée avec le ou la chef-fe de projet.
  • Le participant ou la participante s'engage à faire part aux chef-fe-s de projet de ses intentions et de ses objectifs par écrit (la même procédure est d'ailleurs appliquée aux intervenant-e-s extérieur-e-s, de l'Université par exemple).
  • Le nombre de contributions de ce type par personne et par année est limité à une seule.
  • Le ou la chef-f-e de projet juge de la validité de la proposition et de sa faisabilité.
  • En cas d'acceptation de la proposition par le ou la chef-f-e de projet et de la réalisation par le participant ou la participante de sa contribution lors d'une des journées de formation, cette contribution est équivalente à 1 scénario.
  • Le participant ou la participante s'engage à laisser une trace écrite de sa séquence sous une forme publiable.

Scénario critique

Un duo de participant-e-s se forme, comme pour l'élaboration d'un scénario pédagogique standard, mais se propose de revisiter de manière critique la journée de formation à laquelle il vient de participer.

Cette alternative revient en quelque sorte à se mettre à la place des chef-fe-s de projet et à proposer un scénario pédagogique de réalisation du module différent de celui qui a été réalisé et organisé effectivement.

Les auteur-e-s de ces scénarios alternatifs critiques se poseront donc des questions telles que :

  • Connaissant le plan cadre de ce module, quels en sont les aspects que nous aurions privilégiés ?
  • Quel-le-s intervenant-e-s aurions-nous invité-e-s ?
  • Aurions-nous fait appel à des participant-e-s pour animer telle partie du module ?
  • Comment aurions-nous organisé la journée (découpage horaire) ?
  • Comment aurions-nous équilibré les moments d'exposés, de travaux pratiques, de discussions ?
  • Que pourrions-nous proposer pour mieux tenir compte du public auquel ce module s'adresse ?
  • Quelles modalités de travail aurions-nous privilégiées (travaux de groupes ou non, organisés comment) ?
  • Quelles traces aurions-nous prévu de laisser aux participant-e-s (documents, références)
  • Comment aurions-nous conçu l'évaluation par les participant-e-s de ce module
  • Etc.

Les participant-e-s (duo) peuvent choisir le module pour lequel ils ou elles entendent produire un scénario alternatif critique en annonçant leur intention aux chef-fe-s de projet, une quinzaine de jours à l'avance.

Règles du jeu :

  • Un seul duo par module peut se livrer à cet exercice.
  • Aucun-e participant-e ne peut se livrer plus d'une fois à cet exercice au cours de l'année.
  • Le scénario déposé vaut pour un des 7 scénarios pédagogiques demandés.

Les auteur-e-s seront en outre invité-e-s à présenter oralement leur travail lors du module suivant (30 minutes environ pour leur présentation et une discussion avec les participant-e-s).

Scénario d’établissement

Ce type de scénario vise essentiellement à permettre aux participant-e-s de développer un scénario de formation et de le réaliser sur le terrain, particulièrement dans son établissement scolaire. Cette approche d’un scénario institutionnel a été introduite dans le dispositif F3-MITIC en 2004-2005 pour répondre au besoin légitime de certain-e-s participant-e-s de «réaliser» concrètement certains des scénarios élaborés durant une formation qui n’offre à l’origine qu’un espace de réflexion et d’échange, lui même réclamé par d’autres enseignant-e-s, formateurs ou formatrices souvent «prisonnières» dans et de leurs pratiques.

Il s’agit ici de mettre effectivement en place, sur l’année scolaire en cours ou sur la suivante, en accord avec sa direction d’établissement (ou de secteur d’activité) une formation destinée à des enseignant-e-s et répondant à une analyse de la situation et un cahier des charges discuté avec sa hiérarchie institutionnelle.

Il peut s’agir d’une formation lourde ou légère, d’un seul bloc ou répartie en plusieurs modules, en présence ou à distance.

Règles du jeu :

  • Le scénario institutionnel n’a pas besoin d’être en relation thématique avec l’un des modules de la formation F3-MITIC ; il peut être déposé en tout temps.
  • Ce type de scénario doit être annoncé aux chef-fe-s de projet et recevoir leur aval.
  • La formation mise en œuvre dans l’établissement doit faire l’objet d’un scénario F3-MITIC ; ce scénario devrait relater la phase de conception, la phase de réalisation, la phase de bilan ; il s’agit donc ici d’un scénario évolutif sur le cours de l’année scolaire, mais répondant aux mêmes exigences qu’un scénario standard.
  • Si le scénario doit être mis en œuvre l’année suivante, il s’agit d’un scénario standard avec une composante forte reflétant les actions entreprises pour qu’il ait effectivement lieu dans un établissement.
  • Chaque participant-e ne peut mettre en œuvre qu’un seul scénario d’établissement au cours de l’année.



Aides à la rédaction et compléments d’information

Structure rédactionnelle d'un scénario

La structure à donner à un scénario dépend à la fois de critères de cohérence avec les objectifs de la formation, de critères de lisibilité pour des tiers et enfin de critères techniques, propres aux choix effectués dans SPIP.

Structure du contenu

Les scénarios doivent pouvoir être appréhendés et compris par une communauté plus large que les personnes concernées par F3-MITIC. Tout-e enseignant-e ou tout-e responsable occupant un poste dans l'éducation devrait en particulier pouvoir saisir le sens des scénarios proposés.

En termes d'exposition (déroulement écrit de la présentation du scénario), les auteur-e-s feront attention à structurer leurs scénarios en les organisant en chapitres et sous-chapitres respectant les conventions typographiques, et en ayant recours au formatage propre à SPIP (merci d'éviter tant que faire se peut le recours au formatage HTML).

Bien qu'aucun modèle de rédaction ne soit imposé, nous suggérons néanmoins un canevas qui pourra aider celles et ceux qui pourraient vouloir disposer d'un guide simple.

Canevas

En-tête : selon modèle disponible en intranet (sur SPIP)

Introduction

Prise de contact avec le lecteur : origine du projet, lien avec la formation, etc.

Contextualisation théorique

Stratégies pédagogiques, références théoriques

A traiter dans l’ordre qui vous paraît conforme avec votre démarche, l’important ici étant la contextualisation, de manière à situer votre scénario et vos propositions de formation pour un lecteur ou une lectrice formateur ou formatrice francophone à Ankara.

Séquence pédagogique ou action de formation envisagée

Contexte de réalisation, objectifs, contenus, déroulement, méthodologie, prolongement, complément, instruments d’évaluation et de suivi des apprenant-e-s, etc.

C’est le scénario pédagogique lui-même, la description du cours ou du séminaire que vous envisageriez de donner ou d’organiser. A traiter dans l’ordre correspondant à votre démarche.

Eléments réflexifs

Utiliser le post-scriptum de SPIP si cette section n’est pas destinée à la publication ou l’intéger de manière explicite dans le scénario si la publication est souhaitée

Il s’agit ici de développer de premiers éléments réflexifs à l’issue de la rédaction du scénario pédagogique. Ces éléments doivent vous aider à alimenter votre carnet de route et votre Travail Réflexif de Fin de Formation (TRFF). Le Post-scriptum de scénario est visible de tous les participant-e-s à F3-MITIC, mais ne figure pas dans les articles publiés sur le Web.

Particularités des scénarios d’établissement

Par définition, ces scénarios décrivent une action de formation engagée réellement dans un établissement scolaire ou un secteur d’activité. Ces scénarios ne sont pas forcément en lien thématique avec l’un ou l’autre des modules de formation F3-MITIC.

De ce fait, ils comprennent au moins 3 temps principaux :

  • l’élaboration du projet et sa négociation avec l’autorité;
  • sa mise en place et son déroulement;
  • un bilan.

Sur le plan des contenus à aborder, cela pourrait se traduire ainsi, (la place de la description précise de l’action de formation restant à trouver):

Origine du cours:

Qui en est à l’origine ? En fonction de quelle analyse des besoins ? Etablie par qui ? En fonction d'autres critères que les besoins ?

Relations avec l'autorité (généralement la direction de l'école):

Quelles difficultés, facilités ? Quels objectifs institutionnels définis avec l'autorité ? Dans un cadre plus vaste que le cours proposé ? Lequel ?

Définition du public cible du cours:

Y a-t-il une telle définition ? Etablie par qui ? Pourquoi ?
Ce cours privilégie-t-il certains publics ? Cf. Robert Bibeau, Pilotage pour l'intégration des TIC dans une école innovante: rôles et acteurs.
Raison de ces choix ? Dans quelle stratégie de formation à plus long terme ?

Le paramètre temporel

Le cours se distribue comment dans le temps ? Le pourquoi de ce choix ? Justifier, expliquer.

Les contenus

Négociation des contenus avec les participants ? Comment ?
Choix des contenus (champ) ? Distribution des contenus dans le temps ? Montrer l'accord avec les objectifs institutionnels.

Conduite de la formation

Régulation – Evaluation - Pilotage

Pour chacun de ces postes, quels dispositifs sont mis en place ? Avec les participant-e-s ? Avec l'autorité ? Les décrire.

Communication:

Est-il prévu de laisser des traces de cette formation ? A quel niveau (personnes concernées, collège, DIP, etc.) ?
Si oui, qui en est responsable ? Pourquoi ? Quel est le projet ?
Si oui, comment la mutualisation est-elle conçue (statique / dynamique) ?

Un texte de référence :

Jean-François Auvergne, Eléments de problématique pour l’ingénierie en formation d’adultes
http://jfa04.chez.tiscali.fr/ProbIngf.html



La forme et les bons usages

Il faut se rappeler que les scénarios sont destinés en principe à une publication sur le web. Même s’il ne s’agit pas de produits achevés au sens de l’édition classique (ce que le web permet précisément), qu’il s’agit plutôt d’un état dans une réflexion au cours d’une formation, cela ne dispense pas les auteur-e-s d’appliquer toute la rigueur académique requise. Les auteur-e-s rappelleront s’il est nécessaire, dans leur texte, cette nature spécifique.

Abréviations

La présence d'abréviations dans les scénarios est un véritable problème pour le lecteur visé (enseignant-e francophone sur le web). Les abréviations reflètent souvent des réalités très locales et appartiennent de ce fait au jargon (ICT, SEM, F3, MITIC, GE, VS, IFMES, DIP, DECS, WWW, SPIP, CMS, etc.).

Une des manières de rendre ces abréviations plus compréhensibles est de les déployer correctement, par exemple en écrivant en premier le sigle dans son extension, puis le sigle lui-même, quitte à n'utiliser que ce sigle dans la suite du scénario.

Par exemple:

  • Partenariat Public-Privé-L'école sur le net (PPP-ésn)
  • Formation de formateurs de formateurs (F3)
  • Formation de formateurs (F2)
  • Technologies de l'Information et de la Communication (TIC)

De manière générale, les termes du jargon, local ou technique, doivent être bannis ou explicités.

Citations

Dans les scénarios, tout texte qui n'est pas «de la plume» des auteurs du scénario, qui est par conséquent emprunté à un/une auteur-e tiers ou à un site web tiers doit être impérativement cité dans les règles de l'art.

Tout emprunt direct d'idées à un tiers publié (y compris sur le net) doit également faire l'objet d'un référencement adéquat.

Toute autre pratique est INADMISSIBLE et sera considérée comme du plagiat.

Une citation doit se distinguer typographiquement du texte de la main des auteur-e-s du scénario. Le texte cité doit au moins se trouver entre guillemets, suivi obligatoirement de la référence entre parenthèses ou d'un appel en bas de page pointant vers cette référence.

On procédera de même s'il s'agit d'un emprunt direct à une idée, sans les guillemets, mais en référençant la source immédiatement après l'expression de l'idée.

La source ou la référence doit être exprimée selon les canons de l'édition.

Pour les sources livresques:

Exemple:

Jean-Claude Bertrand, La déontologie des médias, PUF, coll. «Que sais-je ?», 3255, Paris, 1997, p. 54.

L'ordre n'est pas indifférent. Le titre est en italique. La page de référence est indiquée par p. 54. Si l'on se réfère à plusieurs pages, l'usage est pp. 34-36 ou p. 34 sq.

Pour les sources webographiques:

Exemple:

Marc Alexis Morelle, Les Médias, mémoire de l'humanité, site visité le jj/mm/aa:
http://www.malexism.com/medias/

Si le nom d’une personne est citée et qu’il ne s’agit pas d’une personnalité publique ; si les propos d’une personne sont cités et que ses propos n’ont pas fait l’objet d’une publication préalable (cas d’une interview d’un collègue, par exemple), l’accord de cette personne est requis ; on pourra par exemple lui soumettre un projet du texte, avant publication.

Documents en pièces jointes dans le scénario

Les seuls documents en pièces jointes à un scénario autorisés sont des pièces dont les auteurs du scénario sont les auteur-e-s.

Les documents disponibles sur le web, mis à disposition par des tiers, ne peuvent être reproduits en pièces jointes dans les scénarios. Ces documents doivent être cités et référencés comme des citations ou des références webographiques.

Si des documents de tiers ne sont ni disponibles dans la littérature ni sur le web, et que les auteurs du scénarios jugent néanmoins utile de les mettre à disposition comme pièces jointes, les auteurs du scénario doivent obligatoirement recevoir l'aval de l'auteur de la pièce jointe et mentionner, dans celle-ci ou en regard de son lien, cet accord au moyen d'une formule, visible et claire, du genre: «Document mis gracieusement à disposition par Prénom, Nom, avec son autorisation». Des clauses de Copyright peuvent suivre.

Images

Juridiquement, le droit de citation ne s’applique pas aux images. Les auteurs des scénarios prendront toutes les mesures nécessaires pour se conformer au droit s’ils intègrent des images dans leurs scénarios

Voir aussi : RespectDuDroitdAuteur d'un scénario en intranet.



Statut des scénarios F3-MITIC

Les auteur-e-s des scénarios F3-MITIC sont des auteur-e-s à part entière. A ce titre, elles et ils ont la faculté de proposer leurs scénarios à la publication ou de les en retirer, et en assument la responsabilité du contenu.

Définition
 
Accès aux scénarios