REALISATION D’UN DVD-ROM MULTIMEDIA POUR L’ENSEIGNEMENT DU CINEMA

AU CYCLE D’ORIENTATION DE GENEVE

 

N° du module 6
Auteurs Laurence CALDERON, Markus SANZ
Date Janvier 2003
N° de version 2
Domaine Cinéma et Arts visuels en particulier, et toutes disciplines en général
Objectifs A partir de la RÉALISATION D’UN DVD-ROM pour l'enseignement du CINÉMA au Cycle d'Orientation de Genève, tenter de dégager les potentialités et les spécificités du multimédia dans un contexte pédagogique et une situation d’apprentissage.
Public cible F2
Démarche pédagogique Exploratoire, informative, analytique, formative,interactive et multimédia
Descriptif

A partir de la présentation d’une expérience de réalisation d’un DVD-Rom multimédia pour l'enseignement du CINÉMA au CO, proposer des pistes de réflexion utiles à tout maître souhaitant se lancer dans la réalisation d’un multimédia dans sa branche d’enseignement.
Le document de référence reste le compte-rendu du travail de commission qui débuté en mars 2001 et dont l’aboutissement est le DVD-Rom « Silence ! On tourne ».

- Présentation chronologique des étapes qui ont permis la réalisation d'un DVD-Rom multimédia pour l'enseignement du CINÉMA.

- Gestion de projet et gestion du groupe.

- Description des différentes phases de l’évolution de ce Multimédia, tant au niveau de sa forme que de sa structure.

- Description du contenu du DVD-Rom et des objectifs pédagogiques, ceci en fonction des spécificités de l’outil multimédia.

- Bilan intermédiaire du travail dans sa version bêta, c'est à dire non définitive

- Perspectives envisagées pour favoriser l'appropriation de ce produit par le groupe de discipline qui l'a commandité

 

 

 

 

 

 

Mots-clés Cinéma - multimédia - interactivité

 

Partie 1

 

DESCRIPTION DU SCÉNARIO

 

A partir de la présentation d’une expérience de réalisation d’un DVD-Rom multimédia pour l'enseignement du CINÉMA au CO, proposer des pistes de réflexion utiles à tout maître souhaitant se lancer dans la réalisation d’un multimédia dans sa branche d’enseignement.
Le document de référence reste le compte-rendu du travail de commission qui débuté en mars 2001
et dont l’aboutissement est le DVD-Rom : « Silence ! On tourne ».
1- Présentation chronologique du travail de commission réalisé en vue de l’élaboration de ce DVD-Rom :
  - Gestion de projet : budget, temps et moyens disponibles
- Gestion de groupe : travail en équipe et répartition des compétences
- Conception : choix et axes retenus
- Recadrages et structuration du contenu à un usage interactif.
2- Echange et discussion sur les problématiques soulevées par l’introduction des NTIC dans un enseignement MI :
  - Spécificités du multimédia
- Multimédia et cinéma
- Interactivité élève – ordinateur, élève – multimédia
- Interaction prof – élèves, et multimédia
3- Découverte du DVD-Rom « Silence ! On tourne » :
  - Organigramme
- Graphisme
- Navigation
- Programmation et mise en forme informatique des donnée
s

4- Echange et discussion sur les choix didactiques et pédagogiques retenus dans le DVD-Rom.
5- Elaboration en commun d’une liste des règles propres au multimédia, et transposables à d’autres disciplines.
6- Présentation des perspectives envisagées pour favoriser l'appropriation de ce produit par le groupe de discipline qui l'a commandité :
  - Proposition d’une Formation continue pour les enseignants de cinéma
- Test en classe
- Réajustements du DVD-Rom en fonction des retours
7- Bilans, recadrages et synthèses.

 

 

 

Partie 2

 

DESCRIPTION DE LA RÉALISATION D’UN CD-ROM POUR L'ENSEIGNEMENT DU CINÉMA AU CO

 

• INTRODUCTION :

 

Le multimédia ne reproduit pas la linéarité habituelle d’une émission vidéo, notamment au niveau de la navigation de l’utilisateur.

C’est un peu comme de passer de deux à trois dimensions


 

 

IDÉE DE DÉPART DU PROJET :

 

1- Permettre aux maîtres d’avoir accès rapidement à un contenu didactique pour l’enseignement du cinéma, selon le nouveau plan d’étude(exemples de séquences pédagogiques).
2-

 

Offrir un stock d’extraits de films divers, afin de permettre un parcours à travers une collection d’images, fixes et animées, à travers l’histoire de l’art (de la peinture au cinéma).

3-
Prévoir une partie directement utilisable par les élèves à l’atelier informatique : exercices interactifs et pratique du montage cinéma avec iMovie. (expérimentation et création).

 

 

CONTEXTE DU PROJET :

 

  Pour mon travail de diplôme de fin de Formation Postgrade Multimédia, j’ai proposé de réaliser un CD-Rom multimédia pour l’enseignement du Cinéma au CO
Pour que la réalisation de ce DVD-Rom soit enrichi d’expériences diverses et originales, j’ai dès le départ prévu de réunir une commission de travail pédagogique.
J’ai ainsi été amenée à jouer le rôle de cheffe de projet de cette commission, ceci tant au niveau de la coordination du groupe que dans les contacts avec la Direction Générale du CO.

 

 

ATTRIBUTION DES RÔLES DE CHACUN AU SEIN DE LA COMMISSION :

 

  La répartition du travail de cette commission s’est faite selon les ressources et possibilités de chacun, soit :
- Deux enseignant(e)s : ressources pédagogiques, rassemblement de la documentation et méthodologies.
- Deux autres enseignant(e)s formés en programmation : mise en forme informatique, adaptation multimédia et programmation du CD-Rom.

 

 

PLANIFICATION DU TRAVAIL POUR LA REALISATION :

 

1- Etude et conception du produit, organigramme.
2- Rassembler les ressources : textes, documents, vidéos, images, sons, etc.…
3- Organiser et mettre en forme le contenu : présentation, graphisme, navigation.
4- Programmation informatique.
5- Test en classe.

 

 

GESTION DU GROUPE DE TRAVAIL :

 

  Dans un premier temps, notre groupe s’est réuni pour l’étude du projet proposé, afin d’en définir le cadre institutionnel et pédagogique.
  Nous avons commencé par cerner les potentialités et les spécificités d’un Multimédia, ceci après une mise à niveau technique de ceux des participants qui n’étaient pas familiers du monde informatique en général, et du Multimédia en particulier.
Cette formation technique a occupé notre groupe un certain temps, mais elle était nécessaire pour nous permettre de travailler en commun.
 
J’ai ainsi apporté, lors de nos séances plénières différents CD-Rom exemplaires qui nous ont permis de mieux définir notre projet quant à sa forme et à son contenu.

 

 

Au niveau de la forme :

 

 

• Considérer les potentialités de l’outil multimédia dans une situation d’apprentissage, et penser aux interactions possibles entre les utilisateurs et la machine, qu’elles soient intentionnelles ou intuitives.

 

 

• Prévoir la mise en place de démarches pédagogiques interactives et de stratégies cognitives (en prenant en compte les savoirs préalables). Imaginer une unité d’ensemble, ceci à travers un scénario, une mise en scène, une atmosphère, et des repères graphiques pour la navigation (agents d’interface, plan d’ensemble, barre de menu, aide)

 

• Définir rapidement les destinataires du CD-Rom (profs ou élèves?)

 

 

Spécificité de l’outil multimédia : l’interactivité.

 

 

« Rendre l’utilisateur actif, le mettre en interaction avec des connaissances, des savoir-faire, des informations, à travers la découverte, l’apprentissage, la simulation, l’invention, la créativité ou l’observation, en laissant souvent la place à une dimension ludique. »
Christian Gautelier, 1997.

 

 

Au niveau du contenu :

 

 

• Des séquences de films exemplaires servent à traiter des notions essentielles à l’identification des éléments constitutifs du langage cinématographique. L’élève sera ainsi amené à prendre connaissance de ces notions par des démonstrations variées et fonctionnelles

• .Des analyses et interprétations des extraits proposés permettent à l’élève de prendre en compte les sens induits par les choix des réalisateurs, que ce soit à la prise de vue ou au montage.

• Des modules d’acquisition des notions abordées proposent différentes activités interactives, où l’élève exerce et met en pratique son savoir.

Enfin, la validation des acquis pourrait se faire sous forme de test.

 

Après avoir défini les élèves comme destinataires, nous avons établi un consensus sur les points suivants :

 

  - Rassembler un stock de séquences de films permettant l’identification de notions essentielles du langage cinématographique
 
- Fournir des analyses et des définitions des notions abordées à travers les extraits de films
  - Approfondir ces notions par des démonstrations pertinentes et des découpages de séquences exemplaires
  - Créer des démonstrations variées pour permettre l’identification de ces notions
  - Imaginer des exercices d’acquisition favorisant l’interactivité tout en conservant une dimension ludique
  - Favoriser une navigation claire et aisée tout en variant les situations proposées
  - Mettre à disposition « une valise » d’images en vue des différents exercices de pratique du montage avec iMovie

 

EVOLUTION DU PROJET DANS LE TEMPS :

Etant donné l’envergure et la complexité de notre projet, j’ai proposé de concentrer notre travail pour la première année sur le module de Montage.
En parallèle, j’ai développé le module concernant l’Archéologie du Cinéma dans le cadre des ateliers pratiques liés à ma formation.
Même si tous les modules n’étaient pas traités au départ, il m’a semblé important
de concevoir un organigramme général pour l’ensemble du CD-Rom, ce qui m’a permis de mettre à plat l’ensemble du contenu, et d’en organiser la navigation.
D’autre part, cela permettait d’intégrer ultérieurement les autres modules.
La structure du DVD-Rom Cinéma propose ainsi, dès le Sommaire, l'accès aux notions essentielles qui servent de bases pour les différents extraits de films :

 

  - L’Archéologie du cinéma
 
- L’Echelle des plans et le point de vue
  - Le Montage, les raccords et le temps
  - Le Son

 


Des commentaires sonores ou écrits détaillent et contextualisent ces notions essentielles pour en permettre l’identification par les élèves :

 

  - Sens et Interprétation (analyses, démonstrations)
 
- Contexte (de production, historique)
  - Définitions (glossaire de base)

 

Des exercices d’acquisition permettent de mettre en pratique la théorie, tout en intégrant les notions abordées.

 


La navigation donne accès tranversalement à d’autres séquences de films, en fonction de la pertinence des notions traitées pour tel ou tel extrait.

 

Cette structure permet à l’utilisateur de circuler à l’intérieur du multimédia en abordant un même extrait de film sous de multiples éclairages théoriques sans revenir obligatoirement au Sommaire. La navigation se fait ainsi avec souplesse et fluidité, en permettant à l’utilisateur un parcours circulaire et transversal de son contenu.

Par exemple, un extrait de film présenté sous la Rubrique de montage « champ – contrechamp » peut également être vu du point de vue « plongée – contre plongée ». L’utilisateur peut alors être renvoyé à un autre exemple de « plongée – contre-plongée », utilisé dans un contexte différent avec un autre extrait de film. De là on pourrait par exemple passer directement au niveau « Son ».
Il est bien évident que chaque extrait ne doit pas obligatoirement être développé à travers toutes ces notions.
Il s’agit bien plutôt de favoriser cette possibilité de circulation « en étoile » qui donne à comprendre le Cinéma à travers ses multiples composantes.

 


C'est bien là que réside la particularité et toute la richesse d’un multimédia, car il permet de prendre connaissance de notions diverses et complémentaires, laissant à l’utilisateur le choix de son parcours et de son cheminement personnel.

 

 

La méthode d’approche générale proposée aux élèves, quelle que soit les notions cinématographiques abordées, passe par :

 

  - L’observation
 
- La reconnaissance
  - L’acquisition

 

Les exercices d’acquisition prévus, permettent aux élèves de mettre en pratique les notions théoriques abordées dans le DVD-Rom.
Il s'agit de diverses activités de montage d’images et de plans, présentés directement dans un logiciel comme iMovie.

 

 

 

LE PROJET A L’ARRIVEE :

 

  Force est de constater que ce DVD-Rom est encore loin d’être terminé si l’on se réfère à nos intentions de départ.
  Le chemin parcouru est néanmoins conséquent : l’ergonomie générale est déjà en place, et sa structure devrait permettre le moment venu d’intégrer un contenu adapté.
  Dès le Sommaire, un choix multiple donne directement accès aux cinq notions abordées :
  - L’Archéologie du Cinéma
- Le choix de Films
- Les Figures de Montage
- L’Image
- Le Son
  Les modules consacrés à l’Image et au Son n’ont, comme prévu, pas été développés cette année.
  En ce qui concerne la conception de la forme du DVD-Cinéma et de son arborescence,
mon soucis constant a été de privilégier une navigation fluide qui permette à l’utilisateur un parcours circulaire et transversal de son contenu.
  Les accès restent directs grâce à l’ajout d’une barre de menu qui a aussi permis d’éviter une surcharge graphique de l’interface.
L’utilisateur peut ainsi « zapper » à tout instant sur telle ou telle partie du DVD, mais aussi le quitter.
Cette fonctionnalité m’a semblé importante dans un contexte scolaire, où le maître peut ainsi aisément diriger ses élèves vers l’une ou l’autre des activités proposées.
  En ce qui concerne le contenu, on pourrait imaginer le développement de quelques pistes exploratoires d’ordre pédagogique.
A partir des extraits, et pour qu’une identification des notions essentielles du langage cinématographique puisse se faire pour un adolescent de 12-15 ans, je pense que l’ajout d’une partie donnant quelques informations d’ordre théorique est souhaitable, voire nécessaire.
De même, quelques notions historiques permettraient de situer les films dans leur contexte.
  En effet, la gestion d’un atelier informatique où se trouvent une quinzaine d’élèves n’est pas facile pour le maître, et si le parcours de l’élève dans le DVD-Rom peut s’autonomiser, je pense que son utilité en sera décuplée.

 

 

 

REMERCIEMENTS

 

  Je tiens encore à préciser ici que tout cela a été rendu possible par la patience et d’intérêt du programmateur avec lequel le dialogue a toujours été possible.

 

Particularités de l'interactivité :

 

Dans la partie "Archéologie du Cinéma", des séquences interactives présentent les "machines à images" qui ont précédé l'invention du cinématographe :

 

En voici la mise en scène : sur une table sont posés différents objets, tous des ancêtres du cinématographe des frères Lumière. On peut y reconnaître la lanterne magique, le thaumatrope, le phénakistiscope, le praxinoscope et le zootrope, entre autres.
L’idée est de proposer à l’utilisateur de se saisir d’une de ces machines à images pour en découvrir le fonctionnement subtil. Les occasions de manipuler ces objets sont rares, car fragiles et anciens, ils restent protégés par des vitrines dans les musées.
Quel ravissement lorsque l’on découvre, en tournant le disque ou la roue que nous tenons dans les mains, tous ces personnages dont le mouvement continuel persiste sur notre rétine : ici, un équilibriste qui exécute un saut périlleux, là, un chien qui saute à travers un cerceau, ou encore un jongleur, à qui jamais n’échappe l’une de ses balles.
C’est pour permettre cette découverte que j’ai développé une interactivité avec ces machines à images.

 

L’interactivité, ici, consiste à parcourir avec la souris une succession chronologique d’images qui représente des gestes et des mouvements réalisés par d’autres, filmés, et intégrés dans un logiciel multimédia.
L’utilisateur est alors invité à découvrir le développement de ces gestes en déplaçant la souris sur l’écran. Sans son intervention, rien ne bouge.
C’est alors un peu comme de s’en remettre à un autre du soin d’agir à sa place, sans intervenir en personne, si ce n’est par le regard et la souris.
Car c’est bien aussi et déjà par son regard, que l’utilisateur a la sensation de se saisir de l’objet, de le toucher et d’intervenir sur lui.
L’activité peut ainsi se reproduire dans un sens, mais aussi à rebours, pouvant s’interrompre, s’arrêter, tout en gardant un geste en suspens.
Tout dépend des dispositifs mis en place par l’auteur, au moment de la mise en scène pour la prise de vues autour de l’objet, puis au moment de la programmation informatique.
Ainsi, il peut programmer des « nœuds » après lesquels aucun retour en arrière de l’utilisateur n’est possible, des boucles qui nécessitent une action de la part de l’utilisateur, ou aussi lui proposer des alternatives sur son parcours.

 

D’autre part, à travers la notion d’interactivité, se dessine un nouveau rapport au temps et à la durée, avec la possibilité de figer une image en mouvement, de la retenir, d’arrêter ainsi le temps, d’hésiter, de renoncer peut-être, puis finalement de recommencer, encore, dans une répétition qui peut être sans fin.
Cette dimension de flottement, de temps suspendu, de rapport indéfini entre image fixe et image en mouvement peut être particulièrement intéressante.

 

Ainsi il faudrait développer une série d’expériences formelles innovantes, et ceci aussi au niveau de la pédagogie, qui utiliserait les ressources de l’interactivité en rapport au Cinéma.
En mettant en scène, dans l’espace de l’écran, des images d’origines et de natures diverses, ainsi que des plans ou des photogrammes de films, et ceci en fonction d’un effet recherché (relation ou opposition, mise en évidence, découpage, etc.), on pourrait provoquer chez le spectateur des impressions nouvelles et éveiller ainsi sa curiosité.

 

Une première tentative dans ce sens a été réalisée dans le DVD-ROM, pour l’analyse d’une séquence des Oiseaux de Hitchcock.

On voit en alternance, dans l’espace de l’écran, le découpage des plans montés par Hitchcock dans une continuité narrative exemplaire, et présentant successivement les plans qui la composent.
Cette expérience met déjà en évidence l’impossibilité de classer cette séquence dans une simple figure de montage : Est-ce un champ – contrechamp ou un montage alterné ?


Les possibilités d’études de films semblent ainsi innombrables. En créant des écrans multiples, le rapport à l’image change, le regard chemine, combine, comprend, et c’est
bien là, aussi, une forme d’interactivité.

 

PERSPECTIVES :

 

 

Pour favoriser l'appropriation de ce DVD-Rom par les enseignants de cinéma qui l'ont commandité, une formation a été mise en place pour l'an prochain.

 

Le but de cette formation est de permettre aux enseignants de cinéma qui le désirent de développer ensemble des pistes d'exploitations pédagogiques de ce document multimédia. En le testant en classe, ils seront à même de restituer aux auteurs leurs observations pédagogiques, techniques et relatives aux contenu.

 

 

Les participants à la formation seront invités à produire (conception théorique) un certain nomlbre de séquences pédagogiques exploratoires et innovantes, qui prennent en compte la dimension interactive possible avec le multimédia, et qui pourraient prendre place dans le DVD-Rom.

 

Une version définitive du DVD-Rom sera ensuite proposée au groupe.