INDEX

III. ANALYSE TRANSVERSALE DES OBSERVATIONS

A. LA MOTIVATION DES ELEVES
1. Attrait de la technologie

2. Don et contre-don dans la messagerie électronique

B. L'OPTIMISATION DES CONDITIONS POUR LA CORRESPONDANCE

C. LE CHOIX DE LA TELEMATIQUE ET LA GESTION DE LA CLASSE

D. LES OBJECTIFS VISES - LES OBJECTIFS ATTEINTS

E. QUELLE EST L'IMPORTANCE DES APPRENTISSAGES ?

RETOUR TABLE DES MATIERES


III. ANALYSE TRANSVERSALE DES OBSERVATIONS

 

A. LA MOTIVATION DES ELEVES

 

1. Attrait de la technologie

 

Les élèves ont incontestablement du plaisir à travailler avec les machines. L'ordinateur, de par son caractère de "pseudo-interlocuteur intelligent", de par les aides qu'il offre pour le travail, concentre et stimule l'activité. (Ceci est particulièrement important pour les élèves agités ou présentant des difficultés scolaires.) On demande à l'ordinateur s'il y a des messages, il se charge de rappeler les adresses, écrit de façon lisible, jolie, envoie des messages d'erreur. Symboliquement, la machine semble pouvoir fournir une partie de l'attention dont l'élève a besoin. A ceci s'ajoute l'attrait du gadget et son standing, la vitesse de l'outil et son action à distance. Par la maîtrise de la technologie, les élèves peuvent souvent se démarquer par rapport aux professeurs "ringards" et aussi se rassurer sur leur propre avenir. Ils ont en effet parfaitement intégré que l'ordinateur est un outil incontournable pour la plupart des professions.

 

Les conditions d'utilisation des nouvelles technologies aussi peuvent contribuer à la motivation des élèves. Le moment (souvent une heure spécifiquement réservée à la télématique), le lieu (souvent un atelier), l'équipement (fétiche important de la modernité) et l'activité (relativement ludique) constituent une rupture par rapport au quotidien scolaire et rendent les élèves plus réceptifs.

 

Les activités télématiques sont aussi motivantes pour les élèves dans la mesure où elles impliquent une production qui "sert à quelque chose." Elles leur permettent aussi d'exercer un certain degré de contrôle sur les conditions de rédaction: définition du contenu, rythme de progression, utilisation des sources, autoévaluation et modalités de correction, choix du partenaire d'échange et parfois du partenaire de travail.

 

2. Don et contre-don dans la messagerie électronique

 retour à l'index

Les échantillons de correspondance scolaire nous ont parfois laissés songeurs. Comment les élèves peuvent-ils vraiment investir des messages le plus souvent très conventionnels, voire insipides, échangés avec un correspondant anonyme et abstrait? "J'ai 12 ans, une soeur, un chat...." Nous avons été surpris de voir à quel point les élèves tiennent à ces échanges. Nos observations nous laissent penser que, à côté du caractère tactile de la machine et de l'aspect en partie ludique du travail, une dimension sociale, voire symbolique de la messagerie lie les élèves à leurs correspondants. Cet attrait se retrouve à tous les âges, des plus jeunes de l'école primaire aux collégiens, mais l'intérêt pour l'échange semble particulièrement important à l'école primaire. Il est vrai que c'est aussi l'âge du troc: les élèves échangent billes, autocollants.... En effet, le lien avec le correspondant et le désir de ne pas perdre un partenaire sont très forts. Nous avons observé à de nombreuses reprises différentes tentatives mises en oeuvre pour ne pas perdre un partenaire, ou encore beaucoup d'efforts déployés pour reconquérir un correspondant défaillant.

 

.".. Pourquoi tu ne me réponds pas? Tu es malade? Ca fait un bon moment que tu ne m'as plus écrit. Si ça continue, je te laisserai tomber. SVP Ecris-moi très vite...."

.".. je suis désolée de t'avoir dit que je ne voulais plus correspondre avec toi parce que tu ne m'as écrit qu'une fois. Tu m'excuses?..."

.".. j'attends une réponse si tu veux correspondre ou pas. Je suis encore d'accord de correspondre avec toi...."

 

Cette motivation toute particulière des élèves pour la correspondance électronique nous a permis de faire l'hypothèse que l'échange de messages électroniques, le "écrire-recevoir-répondre", présente de fortes analogies avec les règles du "donner-recevoir-rendre" décrites notamment par les éthnologues, Malinowski, Boas et Mauss32, et qui régissent encore beaucoup de nos rapports sociaux.

 

En effet, la pratique télématique offre de nombreux éléments de comparaison avec le système d'échange de biens symboliques Kula33. Le Kula est un vaste circuit d'échanges portant sur des colliers et des bracelets de coquillages. La valeur de ces objets n'est ni utilitaire, ni décorative, mais strictement cérémonielle et symbolique. Les partenaires ne trouvent aucune satisfaction en terme de richesse monnayable, mais ils "reçoivent" prestige social et renommée. Cet échange de biens symboliques est créateur de liens entre tribus qui ne parlent pas la même langue, qui n'ont pas la même culture et qui, pourtant, parviennent à établir des relations d'amitié à vie.

 

Quand on compare cette pratique à la correspondance électronique, tout se passe comme si cette dernière est devenue le médium contemporain d'échange régulant de nouvelles formes de communication et d'interaction. Nos observations montrent que les élèves n'écrivent pas pour se transmettre des informations et être "quittes", mais, au contraire, s'envoient des messages afin d'inviter l'autre dans une relation d'amitié virtuelle, en quelque sorte pour l'obliger à la réciprocité. Le donnant-donnant de ces messages a donc surtout pour objectif de créer et de conserver dans le temps un lien social, lien qui est aussi source de statut pour chaque partenaire. A titre d'exemple, un élève de 6e primaire exprime très clairement l'importance du fait que l'échange n'est pas immédiat, mais permet une relation dans la durée: "C'est mieux la messagerie que de discuter comme ça, parce que là on attend la réponse et on ne sait pas ce que l'autre va répondre. On se demande s'il va répondre ou pas, c'est peut-être ça qui nous incite...." Un fondement motivationnel de ce type pourrait expliquer le caractère curieusement artificiel et volontaire de ces échanges de messages. Les élèves cherchent à entretenir une correspondance un peu comme certaines sociétés traditionnelles entretiennent les échanges d'objets. L'important n'est pas le correspondant en soi, ni le contenu du message, mais réside dans le désir de réciprocité qui se crée et qu'il s'agit d'entretenir. Comme pour les réseaux étudiés par les ethnologues, rompre le cycle est tout à fait mal séant, voire tabou. Les élèves sont d'ailleurs choqués quand on leur demande s'ils ont parfois envie de changer de correspondant: "Oui, mais c'est méchant, c'est salaud, on ne peut pas dire qu'on veut changer, on les garde et on en prend un nouveau."

 

L'analogie entre ces deux types de pratiques communicatives permet de comprendre le fort désir de réciprocité qui engage les élèves dans une amitié avec un partenaire qu'ils ne connaissent pas et duquel ils attendent impatiemment des nouvelles. A cet attachement fondamental que nous avons observé à l'école primaire, à savoir l'attrait social du partenaire, s'ajoutent d'autres exigences selon l'âge des élèves. En effet, au Cycle d'orientation apparaît une nouvelle dimension que l'on peut appeler la projection. A ces degrés, la motivation liée à la messagerie se combine avec une sorte de jeu de charme et de "drague" virtuelle qui permet aux élèves de se présenter uniquement sous certains angles, de garder un mystère autour de leur personne ou même de jouer un autre personnage. Ce jeu semble particulièrement présent chez les filles, qui désirent correspondre surtout avec des garçons. Les contenus de leurs messages tournent autour de l'apparence physique: couleur des yeux, des cheveux, taille et habillement. Au collège, les étudiants s'intéressent plus volontiers au contenu des messages. Leur souhait principal, pour la plupart, est de préparer, au travers de la messagerie, une rencontre avec les partenaires. Par là même, ils expriment une volonté de maintenir le lien qui a été créé par les échanges virtuels

 

retour à l'index

 

retour table des matières


32).aussi les tenants de la Revue du MAUSS (Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales), par exemple Godbout, J. P. (en coll. avec A. Caillé). (1992). L'esprit du don. Paris: La Découverte.
retour à la lecture

33).Malinowski, B. (1922). Argonauts of the Western Pacific. Traduction française, Les Argonautes du Pacifique occidental. Paris: Gallimard, 1989.
retour à la lecture