INDEX

III. ANALYSE TRANSVERSALE DES OBSERVATIONS

A. LA MOTIVATION DES ELEVES

B. L'OPTIMISATION DES CONDITIONS POUR LA CORRESPONDANCE

C. LE CHOIX DE LA TELEMATIQUE ET LA GESTION DE LA CLASSE

D. LES OBJECTIFS VISES - LES OBJECTIFS ATTEINTS

1. Compétences liées à la technologie

2. Acquisitions communicatives et linguistiques

Un moment et un espace pour écrire
Ecrire pour soi, avoir envie de mieux écrire
Progresser dans la langue

3. Echanges interculturels

4. Apprentissages sociaux

5. Une chance pour les élèves faibles

E. QUELLE EST L'IMPORTANCE DES APPRENTISSAGES ?

RETOUR TABLE DES MATIERES


D. LES OBJECTIFS VISES - LES OBJECTIFS ATTEINTS

 

En premier lieu, les enseignants avancent un objectif supra-ordonné: la communication. A cet objectif un peu stratosphérique s'ajoutent d'autres, plus concrets, mais qui restent ambitieux par rapport aux moyens assez modestes dont ils disposent (durée, régularité d'utilisation des TIC, stabilité des correspondants, etc.). Ont-ils été avancés pour justifier la mise en oeuvre de la technologie ou en partie provoqués par la participation au projet SOCRATES-MAILBOX? Quelle que soit la raison, les objectifs comportent souvent une valorisation un peu idéologique des possibilités de la télématique.

Cinq objectifs principaux ont été formulés et atteints à des degrés variables.

 

1. Compétences liées à la technologie

 

Tous considèrent qu'il est important de familiariser les élèves avec les TIC, aussi bien pour assurer le "computer literacy" en général, que pour égaliser les chances d'accès à la technologie. La manipulation de l'ordinateur et de la procédure spécifique à la télématique43 sont en effet les premiers apprentissages à assurer. Les élèves sont en général très attirés par la technologie et n'ont aucun problème à l'acquérir, à condition qu'ils utilisent régulièrement et relativement fréquemment les machines. Toutefois, organiser l'apprentissage de la technique avec des explications claires et bien délimitées et des illustrations données à l'ensemble de la classe gagne du temps et dispense l'enseignant de répondre à des demandes réitérées. L'apprentissage des manipulations de l'ordinateur peut aussi être une bonne occasion d'instaurer un rapport différent avec les élèves. L'enseignant peut profiter de cet apprentissage pour poser les jalons pour l'ensemble du travail télématique et pour négocier un contrat didactique plus général, encourageant l'autonomie et la collaboration entre élèves tout en délimitant leur marge de liberté.

 

2. Acquisitions communicatives et linguistiques

 retour à l'index

Un moment et un espace pour écrire

 

Le fait de réserver un moment spécifique à l'écriture, d'en faire une activité régulière, la revalorise aux yeux des élèves. Avec la messagerie en particulier, l'écriture apparaît d'abord sous une forme nouvelle, qui semble plus accessible et qui permet d'aborder des thèmes de la vie de tous les jours. Est-ce que la messagerie met à nouveau l'accent sur la langue écrite aux dépens de l'oral? Peut-être, mais il s'agit en même temps d'un écrit plus proche de l'oral, d'un langage familier qui est peut-être une bonne manière d'approcher l'écrit.

 

La télématique est incontestablement un complément utile aux apprentissages linguistiques usuels. C'est un moment où les élèves se concentrent sur la réception et la production de textes qui les concernent très directement. La situation de production est intéressante comme moment permettant de revoir, synthétiser et mobiliser des apprentissages antérieurs, et pour donner confiance aux apprenants qui n'ont pas l'impression d'avoir souvent des occasions de "mettre ensemble tout ce qu['ils ont] appris."

 

Ecrire pour soi, avoir envie de mieux écrire

 retour à l'index

Pour les élèves les plus jeunes (et peut-être pas seulement pour eux), le e-mail est souvent la première occasion d'une écriture spontanée et autonome, voire une introduction à la correspondance. Le couple ordinateur-messagerie semble même capable de favoriser une écriture relativement suivie en dehors du moment organisé par l'enseignant. Nous avons rencontré plusieurs cas où les élèves ont pris goût à la correspondance, à l'écriture de petites histoires ou d'un journal.

 

Le travail à l'ordinateur incite les élèves à revenir constamment sur leurs textes pour les affiner. Dans la messagerie, cette démarche est encore renforcée par la pression "virtuelle" du correspondant et par l'interaction avec le partenaire de rédaction.

 

Progresser dans la langue

 

Les enseignants ne spécifient que rarement les objectifs proprement linguistiques qu'ils veulent atteindre. L'idée d'une progression linguistique est pourtant sous-jacente à la communication. Ils considèrent que les élèves ont fait des progrès significatifs grâce à la messagerie. Certains observent qu'ils acquièrent une plus grande aisance dans la rédaction, d'autres remarquent des effets positifs sur l'expression orale, comme si la correspondance permettait aux élèves de surmonter une inhibition dans l'expression en général. Tout cela est probablement le cas, bien que ni eux ni nous n'ayons vraiment mesuré ces effets.

 

Les élèves sont plus hésitants à mentionner un progrès ou ne l'attribuent pas forcément aux TIC. Le "on apprend sans se rendre compte" exprime chez certains une attitude intéressée (faire plaisir à l'enseignant et se préserver un moment de tranquillité), chez d'autres, une réelle conviction d'avoir progressé (ou au moins une plus grande confiance en leurs capacités linguistiques réceptives et productives). Toutefois, les élèves ne savent pas évaluer précisément ce qu'ils ont appris. Ceci tient au fait qu'ils ont rarement été incités à regarder la forme linguistique des messages, ce qui serait pourtant la condition pour prendre conscience de nouveaux éléments lexicaux et grammaticaux44 .

 

3. Echanges interculturels

 retour à l'index

Dans la messagerie, l'apprentissage de la langue et l'apprentissage de la culture sont en apparence indissociables45. Toutefois, dans nos classes, les apprentissages interculturels sont souvent restés au niveau de la déclaration de principe. Nos observations indiquent que, quelque soit la distance qui sépare les élèves, les contenus des messages se ressemblent . Spontanément, les élèves sont davantage sensibles aux ressemblances46 qu'ils ont avec leurs partenaires, et la mondialisation de la culture commerciale "jeunes" leur fournit le plus petit dénominateur commun. Même quand ils remarquent des différences (ils ont notamment rencontré d'autres mesures, d'autres réglementations, d'autres organisations scolaires), les élèves n'ont souvent pas les connaissances pour les interpréter correctement et se contentent d'un intérêt tout relatif, sans faire de l'étonnement un objet de questionnement.

 

Le contact entre cultures ne produit rien de tangible si l'enseignant ne prend pas des mesures énergiques: c'est à lui de souligner les divergences, de pousser à la comparaison, d'éveiller l'intérêt des élèves, de chercher ou faire chercher des compléments d'information, bref, de construire les apprentissages interculturels à partir des informations contenues dans les messages. C'est aussi un moyen de donner substance aux réponses et de maintenir la correspondance sur une durée plus longue.

 

Dans certains cas, la communication réelle, interculturelle, peut dépasser les compétences émotionnelles (et linguistiques) des élèves, comme nous l'avons vu dans le cas de l'accident d'hélicoptères. Sans le concours de l'enseignant, les réactions des élèves sont très maladroites, peuvent paraître froides et indifférentes aux partenaires et, de ce fait, ériger des barrières plutôt que de les supprimer.

 

4. Apprentissages sociaux

 

Nous avons déjà insisté sur le fait que les comportements sociaux, tels que l'autonomie, la collaboration et l'aide mutuelle sont des conditions nécessaires pour pouvoir développer les activités télématiques avec un certain succès. Ils sont aussi en eux-mêmes des objectifs d'apprentissage importants. Dans les classes où la collaboration était encouragée, les élèves apprenaient à expliquer à d'autres, à débattre du contenu d'un texte et, plus généralement, à réfléchir ensemble et à travailler en groupe. Les interactions se déroulaient essentiellement entre élèves, alors que dans les autres classes, les interactions enseignant-élèves prédominaient. Toutefois, rien ne permet de conclure que ces apprentissages sont directement favorisés par les TIC. Ils semblent plutôt induits par la pédagogie adoptée et peuvent être observés dans toutes les situations de projet47 .

 

5. Une chance pour les élèves faibles

 retour à l'index

Moins clairement exprimée par les enseignants, mais tout de même présente, est l'idée de remotiver les élèves dont l'investissement scolaire laisse à désirer. On observe en effet que les activités télématiques mobilisent une bonne partie des élèves qui ont des difficultés avec la discipline enseignée ou plus généralement avec l'école. La technologie et la correspondance peuvent impliquer des élèves qui ne sont pas intéressés à écrire dans le contexte des activités scolaires habituelles. La technologie est un domaine nouveau qui leur donne une chance de démarrer sur le même pied que les autres, souvent même de se distinguer. Les enseignants relatent aussi, et nos observations tendent à le confirmer, que beaucoup d'élèves difficiles ou turbulents sont plus concentrés, comme si l'interactivité avec l'écran fournissait une partie de "l'attention" supplémentaire dont ils ont besoin.

 

Les TIC offrent aussi de bonnes conditions pour des apprentissages différenciés, qui peuvent favoriser les élèves ayant des problèmes. Ceci est particulièrement le cas pour la correspondance, puisque l'élève détermine seul le niveau d'élaboration de son message. Mais il y a le revers de la médaille. Si l'enseignant perd le contrôle d'une telle situation, forcément complexe, la confusion, la dispersion et la démobilisation peuvent se généraliser, et ce sont les élèves les plus faibles qui risquent d'en faire les frais.

 

E. QUELLE EST L'IMPORTANCE DES APPRENTISSAGES ?

 

Ces observations exploratoires n'ont pas été conçues pour mesurer les apprentissages en termes quantitatifs. Une évaluation de l'efficacité des activités télématiques nécessiterait une approche différente et devrait porter sur des pratiques plus étendues. Nous avons cependant pu constater que les enseignants ont organisé des situations qui ont suscité un intérêt et une activité soutenue chez les élèves, les amenant à aborder (ou à consolider) des apprentissages de plusieurs types. Il est vrai que le rythme de travail était en général lent, car on laisse une partie de l'initiative à l'élève. On peut cependant supposer que cette prise en charge du travail a des effets positifs sur son attitude envers le sujet, et peut-être même sur la qualité des apprentissages.

 

retour à l'index

 

retour table des matières


43).Bien que la plupart des élèves ont un ordinateur à la maison, la messagerie constitue en général leur première utilisation autonome importante de cette technologie (jeux mis à part).
retour à la lecture

44).Rautenhaus, H. (1998). Fremdsprachenunterricht in der Informations- und Kommuniktionsgesellschaft. Praxis des neusprachlichen Unterrichts, 1, 13-21.
retour à la lecture

45). Pour une mise en évidence des convergences des objectifs de l'éducation multiculturelle, des technologies d'information et de l'enseignement des langues étrangères, voir Tella, S. (1997), op. cit.
retour à la lecture

46).L'enseignant du primaire confirme: "Le rêve du correspondant très loin...je ne crois pas qu'ils ont tout à fait construit ça.... Ils correspondent aussi volontiers avec Cointrin [une banlieue de Genève] qu'avec le Québec."
retour à la lecture

47).Nous avons des observations analogues dans les expériences d'enseignement élargi des langues.
retour à la lecture