Situation dans l'enseignement secondaire postobligatoire

Répartition des équipements informatiques

Les collèges, les écoles de commerce et les écoles de culture générale disposent d'ateliers informatiques composés de 10 à 13 postes (PC ou Macintosh), d'un serveur et d'une imprimante. Les écoles techniques et d'ingénieurs disposent d'ateliers de micro-systèmes ainsi que d'équipements spécialisés (stations de travail, de CAO, de DAO, d'infographie, de mise en page, etc.). Des postes à disposition dans les salles des ma”tres ainsi que des postes dédiés à l'EAO étendent les possibilités de ces ateliers.

Ces ateliers sont interconnectés au travers du serveur du DIP. Un retro-data complète l'équipement informatique des ateliers. Afin d'augmenter les effectifs par classe, des postes supplémentaires ont été acquis. L'occupation des locaux prétérite, parfois, d'autres utilisations de l'informatique en classe.

  • les formations dispensées dans ces ateliers sont, essentiellement, les cours d'initiation, de sensibilisation à l'informatique et les cours à option. A celles-ci, s'ajoutent l'enseignement de la bureautique, les formations spécialisées, les mathématiques appliquées, les formations en informatique (EIG, ESC, ETM), en DAO, CAO, en infographie, en graphisme, les formations professionnelles (à plein temps et en apprentissage), etc. Les postes sont également utilitaires (production de documents, de cours) et utilisés comme moyen de formation (EAO en général, multimédia, etc.);
  • les logiciels utilisés sont les logiciels de bureautique traditionnels, les outils de programmation, les logiciels didactiques, logiciels spécialisés et professionnels, etc.

Encadrement

 

  • les aspects techniques et les installations sont pris en charge par le Service informatique du PO (SIPO) en collaboration avec les responsables d'ateliers des écoles;
  • dans chaque école, des responsables d'ateliers et/ou des assistants techniques installent, exploitent, informent et animent les ateliers informatiques. Ils se retrouvent régulièrement dans des séminaires de formation, d'échanges et d'information qui leur sont particulièrement destinés;

  • enfin, dans chaque discipline des enseignants formés animent l'utilisation de l'informatique dans leurs branches d'enseignement. Le travail avec le Centre Pédagogique des TIC (anc. CIP) trouve ici toute sa valeur.

Tendances, perspectives

Bien que les échanges entre écoles soient possibles actuellement, un développement des activités télématiques semble inéluctable: les accès aux services offerts dans le monde entier (Internet) apporteront aux enseignants des possibilités particulièrement intéressantes.

L'utilisation de l'informatique dans les disciplines doit prendre de l'ampleur: le nombre de ma”tres formés est en constante augmentation et les usages pédagogiques de l'informatique sont de plus en plus convaincants.

Une banalisation de l'informatique va permettre l'utilisation à domicile de plus en plus de logiciels à caractère éducatif et d'équipements abordables (calculatrices performantes, portables, micro-ordinateurs). Certaines inégalités verront le jour entre ceux qui possèdent des outils informatiques reliés au monde entier et ceux qui n'en disposent pas.

L'idée de laboratoire d'informatique fait également son chemin: utilisation des ordinateurs pour la résolution de problèmes, les simulations, la modélisation, l'expérimentation, etc.

La mise à disposition d'outils informatiques performants doit permettre également la production de documents (textes, images, sons, multimédia) de qualité aussi bien par les enseignants que par les élèves.

L'accès à la documentation et à l'information par d'autres supports (CD-ROMs, messageries, WWW, etc.) augmentera les capacités des centres de documentation.

Les appuis compteront également sur les outils informatiques pour permettre le rattrapage, l'apprentissage individualisé, la formation à des disciplines nouvelles, etc.

J.-B. Roux