Trois logiciels de langues "frères"

B

B015


Résumé, summary

Un exemple intéressant de mise en oeuvre de trois logiciels identiques: Woordpas pour le néerlandais; Wordchip pour l'anglais et Wortmeister pour l'allemand. Tous trois visent à améliorer chez l'élève la connaissance du vocabulaire et la maîtrise lexicale, considérée comme une base de la réception et de l'émission de la communication orale et écrite. Les opérations d'apprentissage sollicitées par ces logiciels reposent surtout sur la mémorisation des mots. Les activités d'enseignement privilégiées sont principalement le renforcement ou l'approfondissement des connaissances, les exercices de drill et la remédiation. L'intérêt de l'application est multiple: une organisation interne à l'école, qui pousse l'élève à l'autonomie et à la prise en charge de sa propre formation par une démarche volontariste de participation à des séances sur ordinateur en dehors des prériodes de cours; les 3 logiciels renforcent cette possibilité de travail autonome en permettant à l'élève des choix divers dans l'approche des contenus et dans le déroulement de sa progression; autre avantage, un système de tutorat des apprenants par des élèves performants renforce l'individualisation des apprentissages et la communication verbale.

Discipline, subject :

langues Sprachen languages lingue

Public :

postobligatoire Weiterführende Schulen upper high school postobligatorio

Contacts :

Adriaens, Jean-Luc

Collège Don-Bosco, Avenue des Blés, 4
B-1300
LIMAL(BELGIQUE)

Tel : 32/10/41.62.64
Mail :
Fax :


Pédagogie, pedagogy :

WOORDPAS, WORDCHIP et WORTMEISTER sont centrés sur l'apprentissage du vocabulaire en situation. Si les programmes en vigueur pour les langues germaniques insistent à juste titre sur l'importance et la valeur de la communication dans l'apprentissage, nous savons également qu'une bonne maîtrise lexicale est primordiale pour promouvoir l'aisance dans la réception et l'expression de messages écrits et oraux. L'approche informatisée peut contribuer à réduire le risque de pataugeage lexical. Chaque logiciel a été utilisé indépendamment d'un cours existant OU en renforcement/approfondissement de celui-ci, non pas pendant les heures de cours, mais pendant des heures "supplémentaires" de guidance/rattrapage ou durant les temps libres (temps de midi; heures creuses dans l'emploi du temps des élèves. Il s'agit donc d'une forme d'auto-apprentissage guidé soit par un enseignant, soit par un "élève-tuteur".

Apprentissage, learning :

Chaque logiciel permet d'aborder 5000 mots insérés dans une phrase exemple significative. Trois approches sont possibles pour l'élève: un choix chronologique (suivre les leçons); un choix morphologique (adverbes; conjonctions); un choix thématique (192 champs peuvent être sélectionnés: espace; temps; personne). Chaque logiciel permet à l'apprenant de visualiser la liste de mots qui ont été sélectionnés ainsi que l'exercice qui va lui être proposé. L'élève choisit le type d'exercice: texte lacunaire avec ou sans aide; traduction; exercice écrit ou oral. La machine ne parle pas, mais l'utilisateur donne sa réponse oralement puis la compare à celle que lui propose l'écran. C'est par le jeu des menus que l'élève accède aux exercices: choix multiple; écrit; oral. Faire les exercices dans cet ordre semble donner de bons résultats. (D'un choix réceptif, on passe à un choix productif). Par contre, il faut vraiment insister pour convaincre les élèves que la traduction comme exercice n'est pas la seule stratégie et, qu'en outre, elle n'est certainement pas la plus profitable. Des tests sont réalisables, selon la forme des exercices écrits. Le programme ne réagit pas au moment de l'entrée des réponses. En outre, l'élève n'a pas d'aide à sa disposition. Après le test, il reçoit son score et peut demander une révision des fautes commises. Afin de ne pas renforcer l'impulsion visuelle des formes erronées, le programme montre les formes correctes. Les fautes commises par l'utilisateur n'apparaissent qu'un bref instant.

Enseignement, teaching :

Le cadre de travail est prévu et c'est au professeur d'y stocker les données avant de les exploiter avec ses élèves. L'apprentissage étant largement autonome, l'intervention de l'enseignant peut être réduite. L'enseignant dispose également d'une fonction "test" qui évalue des connaissances préalablement acquises durant les exercices. Le logiciel analyse rapidement les erreurs commises et prépare, sous forme de "DIGESTIF", une unité sur mesure, de sorte que l'apprenant remédie à ses seules erreurs. Le Digestif doit, idéalement, clôturer toute session de travail (individualisation).

Technique :

Matériel nécessaire: PC ou compatible; lecteur de disquettes 3'1/2; écran couleur non obligatoire mais conseillé.

Société, society :

Des élèves capables d'aider les autres pendant le travail sur ordinateur ont été formés. L'activité est motivante: les apprenants en parlent autour d'eux, invitent d'autres élèves à participer, s'initient mutuellement et approfondissent les matières. Non seulement, ils ou elles s'améliorent dans une langue étrangère, mais prennent en charge leur propre formation. Il peut être utile, certainement au début, de faire travailler deux élèves devant le même ordinateur. Les choix effectués résultent alors d'un consensus. Les répliques présentées sont l'occasion de faire prononcer des mini-dialogues dirigés. L'organisation de championnats interclasses semble être une source de motivation supplémentaire.

Culture :

Institution :

Organisation indispensable des horaires d'occupation des locaux et des groupes qui peuvent y avoir accès. Désignation et "formation" d'élèves tuteurs pour la guidance des apprenants. Création de groupes de niveaux.

Logistique :

Le matériel informatique de l'établissement, sa localisation ainsi que le choix des activités organisables: la machine est à considérer comme un support de pédagogie différenciée. Les capacités en informatique, sources de bien des angoisses chez les non-initiés, sont réduites au strict minimum: la connaissance du clavier.

Remarques, remarks :

Projet à l'étude pour promouvoir une certaine forme de prise en charge de sa propre formation par l'élève, en lui proposant un plan d'étude personnelle durant les heures creuses et/ou temps de midi. (Plusieurs niveaux d'apprentissage seraient prévus pour chaque classe).