Essai d'initiation 6AP

B

B012


Résumé, summary

Conception d'un contenu de cours d'informatique et d'une méthodologie devant répondre aux exigences d'un document officiel. Niveau: enseignement moyen technique de qualification, section assistant(e)s en pharmacie. En 5e année: analyse de problèmes très simples rencontrés en pharmacie; rédaction d'instructions pour faire exécuter une tâche découlant de l'analyse; traduction de ces instructions en GWBasic; encodage puis test. L'accent est mis sur la précision requise dans la compréhension des notions de base. L'opportunité de comparer quelques instructions de Basic, Pascal et dBase est évoquée. En 6e année: recherche et analyse des situations rencontrées en officine; écriture progressive d'un programme de gestion d'officine, limité mais découlant de l'analyse; encodage; réalisation de simulations. L'accent est mis sur la dimension donnée à la réflexion par les stages en officine prestés par les élèves et sur l'utilité d'une collaboration entre enseignants.

Discipline, subject :

informatique Informatik computing/computer science informatica computing computer science

Public :

enseignement spécialisé Sonderschulen specialized training insegnamento speziale

Contacts :

Taminiaux, Eugène

Rue Neuve 41
B-6061
MONTIGNIES/SAMBRE

Tel : 071/318921
Mail :
Fax :


Pédagogie, pedagogy :

Le présent document décrit le choix d'un contenu d'enseignement concernant un cours d'informatique destiné à des élèves de l'enseignement moyen technique de qualification, section assistant(e)s en pharmacie et d'une méthodologie appropriée à cet enseignement. Ce choix doit satisfaire à un document officiel stipulant les objectifs généraux, l'énoncé de la matière, les indications méthodologiques et le matériel. Parmi les objectifs généraux, retenons: "...Un des objetifs est de préparer les futurs aides en pharmacie à la technique informatique. ...Il faut mener ce cours comme une démarche de la pensée insérée dans le domaine de la pharmacie. ...". Comme énoncé de matière, retenons: "... Méthodologie du traitement de l'information: notions d'analyse, d'instruction et de programme. Structures essentielles d'analyse d'un problème et traduction en un langage: séquence, rupture de séquence, test, boucle, entrées et sorties. ... Résoudre divers problèmes formulés préalablement. ...Traduire leur résolution en un programme et les exécuter sur machine. ...Compléments: variables indicées, sous-programmes. Introduction au concept de fichier. Notion de gestion de stock.". Parmi les indications méthodologiques, retenons: "...Il est capital de faire découvrir les exigences de rigueur et de précision dans l'analyse d'un problème pour que son traitement automatique sur machine soit réalisable. ...Pour exciter l'intérêt chez les élèves, les exemples seront choisis parmi les situations concrètes de leur activité future.". Pour satisfaire à ce programme scolaire, la gestion d'une pharmacie en Belgique a été choisie comme base d'enseignement. Le choix d'un problème aussi complexe permet des développements intérsessants liés à cette complexité; il est rendu possible parce que ce problème, les élèves le connaissent déjà bien: non seulement ils en ont étudié préalablement certains aspects lors de cours théoriques mais surtout, ils l'ont vécu et continuent à le vivre dans sa réalité quotidienne lors de stages réguliers en pharmacie. Il en résulte un cours articulé de la façon suivante. En 5ème année, la découverte des notions fondamentales se fait au départ du "Portrait de l'ordinateur-exécutant" lequel est présenté comme un gestionnaire de casiers, sachant communiquer avec l'extérieur, qui dispose d'outils pour manipuler l'information et qui comprend les structures de contrôle. (C DUCHATEAU, Images pour programmer, De Boeck Edit., 1990, p 127 et sq.). A cet ordinateur-exécutant, les élèves font exécuter des tâches très simples choisies parmi les activités de leur vie professionnelle, cela au moyen de tout petits programmes qu'ils ont écrits après analyse du problème. Concrètement, l'apprentissage est axé autour d'une tâche bien réelle: l'établissement d'un ticket de caisse comprenant, dans un premier temps, le nom d'une spécialité et le prix à payer, ce prix pouvant successivement être encodé, lu en DATA ou calculé en fonction de renseignements lus en DATA. Enfin, plusieurs spécialités peuvent être traitées sur un même ticket de caisse; dans ce cas, celui-ci comprendra les noms et prix respectifs ainsi que le total à payer. Le contenu du cours et la méthodologie répondent bien aux exigences du programme scolaire. En 6ème année, le cours s'articule autour des points suivants: recherche et analyse des situations rencontrées en officine, essai d'écriture d'un programme de gestion en fonction du cahier des charges résultant de l'analyse, exécution sur ordinateur du programme. Il va de soi que, à ce niveau d'études, les situations doivent être simplifiées, limitées. Le choix des élèves se porte naturellement sur les tâches les plus courantes: tarification d'ordonnance, gestion de stock, copie des ordonnances à l'ordonnancier. Malgré de nouvelles limitations (nombre de spécialités envisagées, catégories d'affiliés et de critères de remboursements réduits aux principaux), l'écriture du programme doit se limiter à un menu génér

Apprentissage, learning :

En 5ème année, la découverte des notions fondamentales se fait, rappelons-le, au départ du "Portrait de l'ordinateur-exécutant" (Duchateau, Images pour programmer, déjà cité). A cet ordinateur-exécutant, les élèves font exécuter des tâches très simples choisies parmi les activités de leur vie professionnelle, principalement la plus fréquente: la tarification d'une ordonnance pour un patient. Pour la bonne compréhension, signalons que, dans notre pays, un malade intervient dans le coût de la spécialité pharmaceutique qu'il reçoit selon sa situation sociale et selon le genre de médicament; il en résulte des tarifications différentes et parfois complexes; ces situations sont mises à profit pour étoffer le cours. Concrètement, les élèves partent d'une tâche bien réelle: l'établissement d'un ticket de caisse comprenant le nom de la spécialité délivrée et le prix à payer par le patient. Un parallélisme est établi entre la réalisation de cette tâche au moyen d'une machine à écrire et au moyen d'un ordinateur. Dans le premier cas, l'homme-exécutant doit savoir qu'il doit d'abord frapper le nom de la spécialité et ensuite le prix à payer; il doit aussi savoir s'il écrit le prix en regard ou en-dessous du nom. Il en résulte un écrit sur papier. Dans le second cas, l'ordinateur-exécutant doit savoir qu'il doit dire dans un langage compréhensible par l'homme-exécutant qu'il attend une première information, soit le nom de la spécialité. Après ce premier encodage, les élèves doivent bien comprendre que cette instruction doit être mémorisée par l'ordinateur avant d'être transcrite sur l'imprimante. La comparaison suivante peut aider à la compréhension: lorsque nous devons recopier un nom ou un nombre d'un document sur une feuille, il nous arrive, pendant la transcription, de devoir retourner au document parce que nous avons "oublié" l'orthographe exacte du nom ou les derniers chiffres du nombre. Un même raisonnement s'applique pour l' encodage du prix. Après quoi, l'ordinateur doit savoir qu'il doit imprimer le nom et le prix encodés sur la feuille de l'imprimante, dans un langage compréhensible par l'utilisateur. A travers cette suite d'instructions, les élèves découvrent la notion de programme; son exécution provoque les affichages écran et imprimante en fonction des informations encodées. Ce programme, les élèves devront l'écrire dans un langage compréhensible pour eux-mêmes mais aussi pour l'ordinateur (après traduction). Les élèves devront découvrir que ce langage est fait de symbôles dont il faut bien connaître la signification exacte; que ces symbôles n'ont pas nécessairement la même signification d'un langage à l'autre. Revenons à la suite d'instructions à donner à l'ordinateur; elle consiste en: affiche à l'écran que tu attends l'encodage d'un nom de spécialité; mémorise l'encodage sur un support adéquat que tu pourras retrouver; affiche à l'écran que tu attends l'affichage d'un prix de spécialité; mémorise l'encodage sur un support adéquat que tu pourras retrouver; affiche à l'imprimante le contenu du 1er et du 2ème support. Il reste à donner aux élèves le vocabulaire nécessaire. A ce stade, une expérience a été tentée: donner le "vocabulaire" simultanément en trois langages: Basic, Pascal et dBase. Une telle approche peut embrouiller les notions mais elle peut aussi, en montrant des différences, aider à approfondir la compréhension et à saisir l'importance du détail. Or, il est apparu au cours des années d'enseignement que beaucoup de difficultés provenaient d'une compréhension trop vague, trop superficielle des notions de base telles que "variable, entrées, sorties" et en langage Basic "PRINT, INPUT". Ceci a argumenté en faveur d'une telle approche. La situation simple décrite ci-avant est petit à petit compliquée; le langage de programmation se limite alors pour les élèves au GWBasic; le support reste toujours le ticket de caisse, mais le prix à payer n'est plus encodé. Dans un premier temps,

Enseignement, teaching :

La tâche la plus importante de l'enseignant a été la conception du contenu de cours et de la méthodologie. Durant l'année, son rôle sera surtout d'orienter vers les pistes de réflexion, de bien faire comprendre aux moyens d'exemples les plus concrets possibles la signification précise des notions fondamentales et de vérifier leur bonne compréhension. Il devra pouvoir s'adapter à des variantes qu'évoqueraient des élèves. Il veillera à comparer les variantes prévues, par exemple l'intérêt des variables indicées et des fichiers. Il devra fournir des programmes protégés pour les simulations.

Technique :

GWBasic est le langage retenu au vu d'une tradition et de matériel disponible. Une imprimante est souhaitable. Dans le cas contraire, l'impression peut être remplacée par un affichage écran moyennant une modification d'instruction; cependant, surtout au début de l'enseignement, cette situation moins concrète est moins séduisante vis-à-vis de l'élève qui se pose toujours la question "à quoi ça sert".

Société, society :

L'enseignant pourra évoquer les critères sociaux des différents taux de remboursement. Par exemple, il pourra évoquer le bien fondé d'un tarif préférentiel pour une veuve ou pour un pensionné. De même, il pourra expliquer que le prix du médicament ne grève pas à lui seul un budget mais que sa fréquence d'utilisation est tout aussi importante. Il pourra enfin évoquer la notion de médicament de confort et médicament de nécessité.

Culture :

Le principe de la gestion de stock en fonction d'un seuil de commande devra bien être expliqué et extrapolé à divers aspects de la vie courante (soldes, achats en quantité, achats hors saison ...). L'opportunité d'un emprunt, d'un découvert banquaire, d'un crédit éventuellement nécessaire à réaliser une "occasion" pourra être évoquée. La vente ou la consommation de la totalité de la marchandise avant sa péremption est aussi un critère dont l'importance est à souligner.

Institution :

La présente réalisation a voulu répondre aux exigences d'un programme d'enseignement. Le langage utilisé est le GWBasic. L'utilisation de l'imprimante est souhaitable. Des programmes protégés plus vastes doivent être fournis aux élèves pour des exercices de simulation.

Logistique :

Au niveau des enseignants, une collaboration interdisciplinaire a été des plus profitable. Une bonne connaissance des problèmes de gestion d'officines est indispensable. Une collaboration entre les professurs de 5ème et 6ème années facilite l'enseignement. Des points qui pourraient sembler de détail, par exemple l'harmonisation du nom des variables, aident beaucoup les élèves dans cette réalisation de longue haleine. Au niveau des élèves, des prérequis en informatique ne sont pas nécessaires. Par contre, l'absence de stages enlèverait une grande dimension à cet enseignement.

Remarques, remarks :