bloc transparent

home | table | edito
allemand | cabri | cptic | classes
enjeux | mosaica | redshift | socrates-mailbox | tendances

bloc transparent


bloc transparent

L'Allemand, le Multimédia
et les nouveaux Macintosh G3 ...
un cocktail détonnant..!

bloc transparent

bloc transparent

Yves Kaiser, enseignant au CO

bloc transparentbloc orange

Sujet


Suite des pérégrinations d'un enseignant qui exploite le multimédia et l'ordinateur comme outils pédagogiques.


bloc transparentbloc orange

But


Le multimédia comme complément au cours d'allemand.
Les travaux réalisés s'inscrivent dans les priorités suivantes:
        encadrement et participation des élèves;
        différentiation de l'enseignement.


bloc transparentbloc orange

Moyens utilisés



Matériel vidéo (caméra, etc.)
Programmes informatiques (pour Macintosh):
       MacPilot Pro,
       Klik and Play,
       HyperSlider.


  


bloc transparentbloc orange

Produits réalisés


La chasse aux prépositions allemandes
La structure de phrase allemande
La Genève multilingue (pour le projet BALADE)


bloc transparentbloc orange

Remarques préliminaires


Ce qui ne m'a jamais satisfait dans ma discipline ce sont ces difficultés qui persistent, que les élèves « transportent » ou « traînent » d'une année à une autre.

Entrez dans la classe 801L


Pour remédier à cette situation il fallait chercher un autre moyen que ceux habituellement utilisés en classe.

Le multimédia a été pour moi une « aubaine pédagogique », un ballon d'oxygène, un nouveau moyen pour faciliter un apprentissage difficile.

 

Dans la plupart des cas c'est l'adulte qui décide de ce qui est bon pour l'enfant. C'est donc le maître qui propose les activités. Pour ce faire il dispose de son savoir-faire, une besace pleine d'outils et d'idées pédagogiques. Mais nous nous heurtons tout de même à des limites, ...
nos limites et celles des élèves...

   Faut-il conclure que nous ne pouvons pas faire mieux ?
   Comment aller plus loin ?
   Et si nous quittions pour une fois notre monde d'adultes ?
   Si nous offrions quelque chose qui intéresserait d'abord les élèves
(et nous qu'en second lieu) ?
   En discutant avec les élèves de ce qu'ils aiment faire, on aboutit presque invariablement aux jeux sur ordinateur (ou sur console).
   Et pourquoi pas ?

J'ai donc décidé de leur fabriquer des jeux ou des modules multimédia ludiques, mais naturellement avec un contenu pédagogique ciblé!

En fait ce qui m'intéresse ce sont les mécanismes que l'on trouve dans les jeux.

 

Les premiers essais avec les modules de "DRACULA" (les manières de poser des questions en allemand) présentaient un certain nombre d'aspects pédagogiques, mais d'autres étaient encore inexploités.

La recherche d'une interactivité plus grande m'a amené à découvrir un logiciel avec lequel on peut fabriquer des jeux (Klik and Play).

 

Certains adultes sont plutôt surpris de voir un personnage qui court, qui saute et qui grimpe aux échelles et lorsqu'on joue soi-même on peu se sentir un peu gauche.

Désolé, ce n'est pas aux adultes que c'est adressé...

Le plus important pour moi était d'entrer dans le monde de nos élèves.

Et cela a marché, car les élèves ont "reconnu" un système familier et ils se sont vite sentis dans leur élément. En plongeant dans l'ambiance ils se sont laissés entraîner dans le jeu sans s'en rendre compte.

Et au lieu de discuter avec le voisin, ils se sont plus préoccupés des niveaux à réussir, des points et des bonus à obtenir, des vies à gérer.

...Ceci tout en travaillant des sujets qu'ils n'aiment pas faire en classe...

Car il est bien entendu que si d'un côté je leur offre le jeu, de l'autre ils ont besoin d'en réussir le contenu (l'allemand) pour passer les niveaux... et continuer à satisfaire leur soif de jouer.



retour


bloc transparentbloc orange

La chasse aux prépositions




Dans ce jeu de plateformes l'élève dirige lui-même le héros à travers les différents tableaux.

Ce module exerce la traduction des prépositions (allemand ---> français).

Il est composé de 4 niveaux:

1) Les prépositions au DATIF
2) Les prépositions à l'ACCUSATIF
3) Les prépositions à 2 CAS
4) Le DEFI (mélange de toutes les prépositions).

A chaque niveau l'élève doit attraper la clef qui correspond à la traduction demandée. S'il touche la mauvaise clef il perd un point et elle reste visible.

S'il touche la bonne il obtient un point et elle disparaît.

Une fois que toutes les clefs ont été trouvées, la porte de sortie devient active et le héros peut passer au niveau suivant.

Naturellement des obstacles animés (dentiers qui cherchent quelque chose à se mettre sous la dent, petits vers agressifs, dragons crachant des flammes et scorpions) sont là pour éviter toute inattention de la part de l'élève...

 

Une autre difficulté des prépositions allemandes consiste à distinguer les 3 catégories l'une de l'autre (celles du datif de celles de l'accusatif et de celles à 2 cas). Pour aider à faire cette séparation les tableaux du jeu se déroulent dans différents environnements. Le DATIF sur les murailles d'un château, celle de l'ACCUSATIF au fin fond d'une grotte sombre du Moyen-Age et celles à 2 CAS dans un paysage désertique.

Ces environnements servent ensuite de point de repère en classe.

Je peux par exemple leur demander si le mot cherché se trouvait dans la grotte ou sur la muraille ou encore là où se trouvent les scorpions du désert.




retour

bloc transparentbloc orange

Structure de phrase


Ce module s'intègre à un travail qui a été effectué avec un groupe d'enseignant(e)s du COGC en relation avec l'Evaluation Formative. Il est destiné à favoriser la mise en place des différents éléments de la phrase allemande.

L'élève peut être "lâché" d'une manière totalement autonome ce qui dégage du temps pour répondre aux questions de détails ou réexpliquer certains points.

    Le premier niveau est une étape de rassemblement (sammeln) durant laquelle l'élève fait un petit bilan de ce qu'il sait (ou pas) .


Il a devant lui un dialogue écrit. Sur chaque élément de phrase (sujet, verbes, compléments, etc.) se cache un bouton invisible. En cliquant sur n'importe quel mot l'élève entend une courte explication sur la partie de phrase qui est concernée.
Toutes les réponses sont disponibles dans cette première étape, il n'est donc pas stoppé dans sa progression.

    Dans les niveaux suivants (ordnen) son champ d'action se réduit, car il doit trouver une réponse précise (par ex. la suite du verbe).

S'il fait une erreur il est (virtuellement) désintégré!

    Enfin le module se termine par une partie "DEFI" (systematisieren) qui est un test sur 12 questions où la maîtrise parfaite du sujet est exigée.

Chaque faute le ramène au début du test.

La progression dans « Structure de phrase » n'est pas forcément linéaire. Si l'élève veut s'exercer au repérage des sujets il peut atteindre cette rubrique directement.


retour

bloc transparentbloc orange

La Genève multilingue


« 
La Genève multilingue » est un prototype qui a été développé pour BALADE.

Je me suis bien vite rendu compte que celui qui crée des séquences Multimédia a besoin d'un contenu, quelque chose de concret à mettre en scène.

Cela coulait de source d'associer des élèves à la production de ce contenu.

Mais pourquoi se limiter au seul cours d'allemand?

Si des images ou des dessins sont nécessaires, pourquoi ne pas aller voir un maître de dessin pour profiter des productions d'élèves?

Un maître de langue pourrait fournir des textes, des dialogues, un maître de musique des productions musicales et des sons, etc.

 

Et si tous ces éléments pouvaient être réunis, concentrés dans une séquence multimédia, afin qu'il reste une trace concrète de ce qui s'est fait ?

C'est à point nommé que BALADE s'est présenté.

Ce projet, créé et piloté par Dominique Charles, propose de mettre en avant toutes productions de classes, d'élèves ou de maîtres travaillant avec leurs élèves.

BALADE propose une structure logicielle qui est prête à accueillir ces différentes productions. Le contenu de BALADE est de présenter, illustrer, détailler les aspects les plus divers de la ville de GENEVE.

Le lien entre le thème "Présentation de Genève" et l'allemand (ma discipline) s'est établi en s'appuyant sur l'aspect d'une Genève internationale et multilingue.

 

Le but du module "La Genève multilingue" était donc d'associer les élèves à l'élaboration de séquences filmées (caméra Hi8), de rassembler des images pour les fonds, puis de mettre en scène ces productions dans une séquence multimédia.

 

 Le sujet

Les élèves ont mis en scène sept situations ayant pour thème:

« Arriver à Genève; les dialogues pour s'en sortir... »

  1. Problèmes à la douane
  2. Prendre le bus
  3. Perdu en voiture
  4. A pied au jet d'eau
  5. A pied au camping
  6. Téléphoner à Genève
  7. Acheter un billet de concert

Les élèves genevois font l'effort de renseigner dans sa langue un voyageur (germanophone en l'occurrence) arrivé dans une ville inconnue (Genève).

 

  Les étapes de réalisation

  1. Création des dialogues sur papier (avec correction et mise au net) (2 heures)
  2. Exercer les dialogues, (dé)placements et gestes à effectuer (1 heure)
  3. Film en intérieur (1 heure)
  4. Film en extérieur (1 heure)
  5. Montage vidéo sur cassette VHS (par le maître)
  6. Numérisation des séquences et création du module multimédia "La Genève multilingue" (par le maître).

 

  Bilan

    Les élèves font un accueil très positif pour tout ce qui touche à la vidéo et à l'ordinateur (constatation devenue banale, mais tellement vraie !)

    Ils s'investissent intensément dans ce type de projet.

    Ils portent une responsabilité à la fois personnelle (ils tiennent à leur image dans le film) et collective (afin que le tournage se passe correctement).

    Ils peuvent à la fois évoluer avec une certaine autonomie (pour mettre en scène, filmer, jouer), mais en même temps ils acceptent de se plier aux règles strictes d'un tournage.

    Le fait de tourner des séquences en situation réelle (donc devant une cabine téléphonique ou un distributeur de billets) a comme résultat d'obtenir de bien meilleures performances qu'à "sec" dans une salle de classe. De plus, en extérieur interviennent aussi tous les éléments déstabilisants, les gens qui regardent, qui écoutent, les bruits de la rue, etc.



retour

bloc transparentbloc orange

Et la suite...


C
es raisons et bien d'autres encore montrent clairement que la motivation des élèves est décuplée lorsqu'il y a un projet, un défi à relever et cela m'encourage à continuer dans cette voie.


Et quels sont les projets à réaliser ?

  Peaufiner le module « Genève multilingue » en y intégrant des parties écrites permettant une meilleure compréhension de ce qui se dit en allemand dans les séquences filmées.

  Entraîner d'autres enseignant(e)s à partager des productions d'élèves et à s'intéresser au Macintosh comme outil pédagogique (et pas seulement pour taper du texte... quel dommage de s'asseoir dans une Ferrari sans vouloir apprendre à la conduire..!).

  Produire un contenu avec les élèves c'est bien, mais il y a encore mieux:


Que les élèves produisent eux-mêmes le module multimédia...

Quel est le logiciel qui permet de le faire? « Toppic's ». Il possède une interface qui a été prévue pour être utilisée par des enfants en limitant au maximum tout risque de fausse manipulation (voilà qui pourrait aussi rassurer les maîtres qui hésitent encore à se lancer...). L'interface (le menu, les boîtes de dialogues) du logiciel est en français, en allemand, en anglais ou en italien, à choix !

De plus, ces travaux peuvent être sauvés sous forme de bibliothèques (ou archives) et peuvent se transporter, s'échanger d'un élève à un autre, d'une classe à une autre, d'une école à une autre, d'un pays à ...

  Préparer un « Rallye sur Internet ». L'élève suivrait un parcours qui illustrerait divers aspects de la Suisse allemande, de l'Allemagne et de l'Autriche. Le contenu (fil conducteur) exact reste à définir. Le principe serait que l'élève visite les sites inscrits sur sa "feuille de route" (document papier), qu'il en ramène des renseignements précis (le repérage et la compréhension de textes authentiques sont mis à contribution), éventuellement même qu'il entre en communication avec un correspondant pour demander certains renseignements ou bien qu'il laisse un message dans un livre d'or (par exemple sur le site d'une école qui présenterait son site Web). Ce message devrait être aussi imprimé et joint à la feuille de route (aspect de l'expression écrite).


retour

bloc transparentbloc orange

Conclusion


1) L'ordinateur est un outil d'intégration qui est capable

  de réunir des énergies dispersées dans les différentes salles d'une école (par ex. des dessins d'élèves, des dialogues, des textes, etc.)

  de les concentrer dans des séquences dites multimédia.

Ainsi ce qui se fait dans les classes ne reste pas cloîtré dans les salles, mais chacun peut profiter de ce qu'il, et les autres ont fait...

 

2) Il faut mentionner la fin heureuse du feuilleton "La Saga Macintosh au DIP":

Les nouveaux ordinateurs Macintosh G3 sont là!

Et ils vont vite,vite,vite,vite,vite,vite. De quoi s'exprimer pleinement en Multimédia et de faire tourner les modules dans les meilleures conditions possible.

Il manque juste encore les écouteurs (type walkman) pour éviter la cacophonie de sons et de musiques dans la salle d'informatique.

 

3) Et enfin une conclusion générale concernant les élèves et les ordinateurs:

Dans ma classe sur 24 élèves, il y en a 21 qui ont un ordinateur à la maison et 19 qui l'utilisent régulièrement. C'est la première année que ce nombre est si important, et la tendance continuera pour ceux qui n'en sont pas encore là.

Il est grand temps d'exploiter ce potentiel dans nos écoles, de sensibiliser le corps enseignant et de l'amener peu à peu à intégrer ce nouvel outil.

Car je suis convaincu que l'ordinateur peut être exploité pédagogiquement, tout comme peuvent l'être le tableau noir, le tableau feutre, le tableau aimanté, le rétroprojecteur, le projecteur de diapos, le labo langues (d'ailleurs si le tableau noir trône dans les salles de classe depuis la fin des temps, l'ordinateur devrait lui aussi y avoir sa place).

 

Il serait plutôt paradoxal pour le corps enseignant de devenir analphabète des Nouvelles Technologies et de la Communication, car celles-ci ne représentent pas simplement une mode passagère, mais préparent des changements profonds dans notre société... Et nos élèves doivent y être préparés.


retour