Les Graffs

de 

Bois-Caran

Je n’aime pas les tags, mais par la chaleur d’un jour d’été, vos graffs m’ont fascinée

Je me suis mise alors à les photographier,

 

dans le silence d’un jour où vous étiez

 

tous à la plage en train de nager.

 

Des dizaines de graffs se sont bousculés

sur les pages de mon carnet

 

Traces d’ados révoltés,

 

traces d’artistes ignorés,

qui ont tenté de faire chanter les murs sans couleur

d’une école trop grise à leurs yeux

Alors oui, je les ai aimés,

vos graffs devant lesquels on passe

 

souvent trop vite sans vraiment les regarder

 

 

Textes & photographies

Patricia Jacot-Descombes

Eté 2001