DEMARCHE 

1. Au Bâtiment d’art contemporain

Il s’agit, pour commencer, d’inviter les élèves à passer un mercredi après-midi au BAC (Bâtiment d’Art Contemporain) : visite informelle, immersion progressive, appropriation du lieu, découverte des oeuvres. Les yeux ouverts, l’esprit libre, le crayon à la main, les élèves se promènent, posent des questions, parlent d’art contemporain... ou d’autre chose.         On leur explique le travail à petits pas. Lorsqu’ils se sentent un peu chez eux, on leur demande de choisir une œuvre, la leur, celle qui sera non leur modèle, mais leur source d’inspiration pour un travail de plusieurs semaines. Chaque élève dessine son œuvre, ou la décrit, et l’écoute afin de retranscrire les pensées, les images, les mots qu’elle lui suggère. 

2. En classe

Chaque élève élabore le projet du travail personnel qui lui a été inspiré par l’œuvre vue au MAMCO ou au Centre d’art contemporain : c’est son ŒUVRE ECHO. Ce travail peut être une réponse à l’œuvre, un clin d’œil, une suite... Le lien peut être très évident ou plus subtil, il peut être un lien de forme ou de sens. La technique du travail est totalement libre.

3. A domicile

L’œuvre contemporaine choisie au BAC doit être mise en relation avec des « objets familiers ». Il s’agit de chercher dans trois domaines différents des éléments proches de l’œuvre, soit à un niveau esthétique, soit à un niveau de sens. Les trois domaines sont : le monde de la culture ; le monde de la consommation ; le monde de la vie privée. 

A. Le monde de la culture ou l’art au musée, au théâtre, au cinéma, au  concert, dans les livres

Là, on a le choix, et même si on n’est pas un « intello », on va tous au cinéma, on a tous été une fois au théâtre, on a tous lu au moins un bouquin ! Et pour ceux qui aiment la peinture, dans les vieux musées, on sait ce que l’on va voir : des chefs-d’œuvre ! Peints à l’huile, par des artistes, des grands, reconnus pour leur talent. Et puis, il y a la musique, Mozart bien sûr, mais les autres aussi. Alors des références culturelles, c’est facile à trouver.

La culture est vaste, elle ne se limite pas à la Grande Peinture. En élargissant le champ des références, on ouvre l’esprit et le cœur. D’ailleurs l’art d’aujourd’hui ne fait que cela : brasser les domaines culturels.

Le jeu consiste à... chercher dans sa mémoire un poème, une chanson, une tirade, une scène de film, un tableau qui évoque l’œuvre contemporaine, qui l’éclaire d’une lumière nouvelle. Là, plus que nulle part ailleurs, la rencontre doit être libre. Et s’il le faut, eh bien que l’histoire d’amour soit canaille, mais surtout pas conventionnelle !

Une fois l’âme sœur de l’œuvre contemporaine découverte, on la décrit, on en cherche des représentations.

B. Le monde de la consommation ou l’art au Supermarché

Visiter un supermarché : des objets manufacturés, reproduits mécaniquement à des milliers d’exemplaires.

Visiter un musée : des oeuvres pas toujours de la main de l’artiste, pas forcément originales, pas obligatoirement uniques.

Depuis les années soixante, l’univers du Supermarché a fait son entrée dans le monde de l’Art grâce au Pop’art: alignement de boîtes de soupe d’Andy Warhol, femme en bigoudis promenant son chariot, défilé de tranches de cake, pyramide de paquets de lessive... Et des bouches pulpeuses démultipliées répètent à l’infini : Mange-moi. On consomme d’ailleurs l’art comme les sardines à l’huile. J’achète donc je suis.

L’Inspiration va ainsi du Supermarché à l’atelier, puis l’œuvre d’art devient poster, et retourne au Supermarché.  

Même quand l’artiste peint des carrés rouges, bleus et jaunes. Même Mondrian, oui, se retrouve sur les rayons, en tube de gel pour cheveux destructurés.

Le jeu consiste ... à visiter le supermarché comme un musée, accordant aux produits l’attention que l’on prête aux oeuvres d’art, lisant les étiquettes et les annonces comme les cartels d’œuvres.

On cherche le produit, ou l’étalage, qui peut faire écho à l’œuvre vue au musée.

Une fois choisi, l’objet est décrit, dessiné, photographié. 

C. Le monde de la vie privée ou l’art à domicile

A la maison, il y a des tableaux à l’huile hérités de l’oncle Roger, une photo encadrée format poster que papa a prise aux îles Canaries, des assiettes de porcelaine, une copie de la tapisserie de Bayeux. C’est aussi beau que dans un musée, enfin certains musées, et puis, c’est personnel, et c’est authentique !

L’art en privé est assorti aux rideaux, il rappelle des souvenirs, il n’a pas toujours été vraiment choisi. L’art en privé est souvent ancien, et s’il est contemporain, il est plutôt conventionnel. Quel qu’il soit, le décor dans lequel on vit nous habite, et s’il ne sert pas de référence esthétique reconnue, il est un repère personnel de construction du goût. 

Le jeu consiste... à se promener dans son appartement comme dans un musée, sans hâte, l’œil neuf, ouvert et vif.

Il s’agit de chercher une image, un objet, un meuble qui dialogue avec l’œuvre vue au musée.

Une fois désignée, l’âme sœur de notre œuvre contemporaine est décrite, dessinée, photographiée. 

4. En classe

C’est le moment de la réunion des différents éléments du travail. 

Le souci d’harmonie entre les divers éléments (l’œuvre du musée, la création personnelle de l’élève, les références extérieures) doit être permanent, mais on ne réussit pas toujours à remplir à la fois les exigences de cohérence du sens et les exigences d’ordre esthétique. Ce moment de réunion des éléments en une seule œuvre est donc crucial et très délicat. 

C’est là qu’intervient encore un dernier élément, le sujet central en fait : l’élève lui-même, représenté ou symbolisé par un objet de son choix (dessin, photo, objet) et intégré à l’ensemble. C’est, en quelque sorte, la clef de voûte du travail. 

***

ŒUVRE DU BAC

(sa reproduction ou son titre, sa photographie, sa description...) 

ŒUVRE ECHO                                                       OBJET CULTUREL  

(réalisation personnelle, technique libre)                (sa référence ou sa reproduction, ...)

 

MOI

 (photo, signature, objet symbolique, ...)   

                                             

OBJET DU SUPERMARCHE                                         OBJET PRIVE

(l’objet, sa photo, sa description, ...)                         (l’objet, sa photo, sa description, ...)

 

Accueil ] Remonter ]