année 2006-2007

Cours d’ARTS PLASTIQUES, 1ère et 2ème DF

V. Déthiollaz Schibler

La Cour dans tous ses états…

Le travail a consisté à demander aux élèves de concevoir une sculpture ou une installation pour la cour du collège.

Ce projet devait naître d’une réflexion personnelle sur le lieu, son statut, son histoire. Il pouvait s’inscrire en harmonie ou en opposition avec l’architecture existante, mais devait être réalisable. Chaque élève a donc présenté son projet sous forme de réflexion écrite, de plans et de photo-montages.

Calvi Cube

 de Alex Cipriani

 

 

Pour la simplicité et l’élégance de sa forme. Pour le « casse-tête » qu’il représente… 

 

Bubble Trouble

de Honoré Fell

 

La cour du collège envahie par des sphères de plastique multicolore pour créer un effet de foule et de diversité.

 

 

 

Post Tenebras Lux

de Pierre Starkov

 

Portes et fenêtres des bâtiments recouvertes de papier aluminium. Arbres habillés de manteaux de même matière flottant légèrement. Toute l’installation éclairée par de puissants spots mobiles projetant des lumières colorées afin de créer une atmosphère de discothèque.

 

 

L’Aigle et la Croix

                              de Marc-André Siegrist

 Remplacement de la chouette emblématique par un symbole plus représentatif de la cité de Calvin : l’aigle portant une clef. Le béton a quitté la cour pour faire place à des pelouses et à des chemins pavés qui mènent aux différents bâtiments. Les arbres, peints en blancs, apparaîtront de nuit en violet fluorescents, grâce aux projecteurs de lumière noire installés dans la cour.

 

Les Papoteurs

de Nicolas Grobet

 

Cinq élèves à la tête de marbre blanc et au corps de granit, comme pétrifiés dans leur « papotage »

 

 

 

Les Miroirs à la Chouette

de Mathieu Cottin

 

Des miroirs obliques installés tout autour de la fontaine, reflétant le ciel et le feuillage des arbres.

 

 

 

Colonnes

de Zacchiarias Felber

 

Quatre colonnes aux chapiteaux de styles variés pour attester de la diversité. Quatre colonnes de pierre et de verre, entre le classique et le moderne. Quatre colonnes-serres abritant des plantes exotiques pour rappeler la nature et la nécessité de la protéger.

 

 

Jardin-labyrinthe

 d’Arthur Walz

 

Un labyrinthe vert où errer et se perdre.

   

 

 

Accueil ] Remonter ]